Y a-t-il encore la possibilité d’un jardin secret ?

  
 
 
 Il sera bientôt difficile de trouver quelqu’un à qui parler car ce ne sont plus des êtres humains qui nous entourent, mais des communautés. Quand elles ont un nom, c’est celui de leurs ancêtres, de leur fratrie, de leur village, de leur pays, de leur ethnie, de leur peuple, de ses souffrances, de ses guerres, de ses soulèvements, de ses sacrifices, de son histoire, de ses légendes, de sa mythologie. La personne humaine s’efface derrière le groupe, la famille, la « tribu ». La question existentielle se réduit à « d’où vient-on ? ». C’est le règne des généalogies, chacun y va de son arbre. Plus on remonte dans le temps plus on est fier, si on décroche un roi ou une reine, sait-on jamais parmi la multitude des ancêtres, y aurait-il ce héros dont le pauvre généalogiste perdu au bout de la chaîne aurait encore dans les veines une goutte de sang ? Depuis plusieurs années cette folie a franchi la porte des écoles.
 
 Au lieu de s’extasier sur des enfants parce qu’ils viennent d’ailleurs, l’éducation nationale ferait mieux de les aider à se construire comme futurs citoyens d’une république dont les besoins en intelligence et ouverture d’esprit sont insatiables. Qu’on s’intéresse un moment à un petit africain pour savoir comment il est arrivé là, qu’est-ce qu’il sait, ce qu’il peut apporter à ses camarades de classe, d’accord. Mais il faut s’intéresser aussi à tous les autres, car l’ailleurs n’est pas une question de continent et de kilomètres. Pour le petit citadin qui n’a connu que le centre ville, celui qui vient de la campagne ne vient-il pas de loin, d’un monde qu’il ne connaît pas, ne peut-il lui-même pour ses camarades être une source de richesse ? Et puis même, pour deux citadins, deux de la campagne, deux d’outre-mer ou deux des antipodes y a-t-il nécessairement une similitude simplement parce qu’ils sont originaires du même lieu ? C’est une idée fausse car elle suppose que la personnalité de chaque individu est réductible à son origine, à son environnement, à son milieu social. C’est ignorer l’extraordinaire capacité du genre humain à distendre et rompre le lien avec le milieu dans lequel il évolue. C’est une idée dangereuse car, en identifiant les individus selon l’origine, elle conduit au mépris des gens qui ne sont pas nés ici. Et au racisme, pour lequel la pureté de la race s’altère au fur et à mesure qu’on s’éloigne de « chez soi ». C’est la fameuse boutade « je suis plus proche de mon frère que de mon cousin, de mon cousin que de mon voisin, de mon voisin que de l’étranger… » et pourquoi pas « plus proche de l’étranger blanc que du noir ou du jaune » ! Ou inversement.
 
 Il faudra qu’un jour celle ou celui qu’on interroge substitue le « je » au « nous ». Cerveau, sensibilité, corps humain, force physique ne sont pas donnés en partage, ils sont bien propres à chacun. Pourquoi la pensée ne le serait-elle pas ? Pourquoi un être humain serait-il condamné à penser comme ceux de sa parenté ou de son voisinage ? Le communautarisme confirme par l’absurde le cogito cartésien. Les autres pensent en moi, donc je n’existe pas.
 
 Certes penser implique un effort et du courage. Mais pourquoi s’interdire de permettre à chacun d’évoluer librement, quitte à rejoindre le point de vue d’un autre, mais suite à une réflexion, en respectant son libre arbitre ? C’est ce dernier, le libre arbitre que certaines théories sociologiques désirent absolument mettre de côté. N’est-ce pas devenu aujourd’hui une banalité d’entendre que la personnalité de chacun est la résultante de mille facteurs, milieu social, ethnie, rôle du père, sexe ? Faire une tambouille de tout cela pourrait nous donner une idée de ce que nous sommes ? Non vraiment, si la sociologie et la psychanalyse ont apporté leur contribution à la connaissance de l’humain, elles n’ont toujours pas répondu à la question de savoir QUI nous sommes, qui JE suis. 
 
 Quand on aura dressé la liste de toutes les forces qui expliquent et déterminent nos actions, quand on aura évoqué Dieu, le destin, les commandements, l’éducation, le rôle du père, les leçons de morale, l’inconscient, l’adhésion à un parti, l’appartenance à un groupe ou une communauté, l’argent et la cupidité, la crainte de la sanction, la mode, l’idéal du moi, le ça, toutes les pulsions imaginables et les plus indomptables, quand on aura décidé -car c’est maintenant dans presque tous les cerveaux et les traités des penseurs - qu’en dernière analyse c’est l’être social qui détermine la conscience, il restera encore au fond de chaque être humain une part irréductible de liberté. Sinon comment expliquer que dans les pires conditions de vie, menaces, souffrance, enfermement, torture, des femmes et des hommes ont pu se taire, résister, rester fidèles à leur conviction ? Comment expliquer même, à un degré moindre, le fait que nos actions sont parfois imprévisibles, comme si rien, aucune cause ne pouvait les expliquer sinon le libre-arbitre ?  
 
 N’est-ce pas dans cette direction, au-delà de tous les courants et des influences, qu’il faut découvrir toute l’originalité et la beauté de la condition humaine ?
 
 
§
 
 
 
 
 
 
 


12/02/2021
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres