Virus terrible

 
  
 
 
- Un philosophe avait dit que les hommes n’avaient jamais été aussi libres que sous la dictature.
 
- Il aimait les paradoxes !
 
- Il voulait dire que la vraie liberté est intérieure. Elle n’a rien à voir avec la libre circulation dans les rues, la liberté de réunion, d’association, de la presse, toutes libertés qui sont nécessaires certes, mais ne suffisent pas à faire de nous des êtres libres. Avait-il remarqué, ce philosophe, que des personnes qui jouissaient de la liberté d’aller et venir étaient en fait assujetties au pouvoir ? Que d’autres étaient montrées du doigt, ridiculisées, ou pire, persécutées, internées pour avoir agi selon leur libre-arbitre ? 
 
- Quand tu dis « assujettis au pouvoir », penses-tu au pouvoir politique ?
 
- Il peut s’agir aussi de religion, de la pensée dominante, du dogme établi, de tout système qui fait de chaque personne un élément d’un tout, comme une pièce de puzzle. Quand une pièce ne s’intègre pas…malheur à elle ! Je fais ce détour qui permet de mieux comprendre ce qui est arrivé à des amis. Je disais que la liberté était intérieure. L’enfermement aussi. Un vrai quartier d’isolement qui n’a nul besoin de barreaux, de murs, de rats ni de sévices. Un cachot tout noir, minuit dans le siècle, l’obscurantisme. Si certains de nos contemporains furent un jour prisonniers, ce fut d’eux-mêmes. 
 
- Comment cela fut-il possible ?
 
- Ils avaient été contaminés par Krokoukas. 
 
- Qui est-ce ?
 
- Le Moloch des temps modernes. Krokoukas dévore de l’intérieur. C’est le plus terrible des virus. Il est à l’origine de troubles du comportement pouvant aller jusqu’à l’hystérie… et comme il est contagieux, il s’attaque au corps social, provoquant l’hystérie collective. 
 
- La science ne s’est pas penchée sur le sujet ?
 
- C’est hors de son domaine de recherche. Le virus est indétectable. Pas de vaccin, pas de traitement. Tu peux courir les laboratoires. Quand le mal est intérieur, le remède doit l’être aussi. Inutile d’aller chercher ailleurs ce qui est en nous-mêmes. Il y a un antidote.
 
- Les globules blancs ? Les anticorps ? Le repos ? L’abstinence ? L’ascèse ? La ….. ?
 
- Oh que non ! Rien de tout cela ! Le bon sens mon cher, le bon sens. Appelle-le raison, discernement, entendement, conscience, peu importe… Krokoukas ne craint qu’une chose : qu’on se mette à penser. Le simple bon sens permet de sauter le mur, même si c’est au prix d’une remise en question de soi, de son éducation, de sa culture, de ses fréquentations, même si, et cela c’est très dur, cet effort implique de poser quelques instants son téléphone portable et de goûter le plaisir du silence, de la solitude pour voir renaître une vie intérieure, foisonnante, riche, pénétrante. 
 
- Utopie ?
 
- Réalité ! Politique ou religieux, Krokoukas a fait beaucoup de morts, de malheureux, il a séparé des gens, déporté des peuples, mais aussi, car il est malin, il a donné de l’espoir à ceux qui n’en avaient plus. Des millions ont cru en lui, lui ont tout donné quand ils n’avaient rien, ils ont même trahi les leurs, avoué des crimes qu’ils n’avaient pas commis, et pire : ont gardé le silence quand ils auraient dû parler. D’autres ont réagi. Ils ont changé d’idées, au prix parfois de l’incertitude, mais sont restés fidèles à leurs principes.
 
- L’incertitude, le doute : n’y a-t-il pas là un danger ?
 
- Vaincre le virus est étourdissant, mais ne nous fait pas nécessairement sombrer dans le scepticisme. Le message que nous laissent les convalescents ressemble à une mise en garde. Leur époque fut celle des grands bouleversements. Des idées qui étaient dominantes se sont révélées stériles ou négatives, laissant la place aux interrogations. 
 
 Certains sont ainsi faits qu’ils campent fermement sur des positions que la sagesse et l’expérience humaines jugent intenables. Ils disent que le responsable de tous les maux qui accablent l’humanité aujourd’hui est le système capitaliste. Mais comme ils savent qu’il n’y a pas d’autre alternative à cette organisation de la société –si l’on veut garder nos libertés- alors ils se taisent sur le type de société qu’ils appellent de leurs vœux, car s’ils nous la présentaient, elle ressemblerait étrangement à celle qui a provoqué famines, persécutions, déportations, et qui a imposé à des peuples entiers de vivre dans la peur.
  
 D’autres croient être immunisés contre Krakoukas. Mais ce diable de virus a muté, il les a rendu insouciants, orphelins de dieux et de tout idéal, il les manipule par le jeu, les petits plaisirs et la profusion de biens matériels.
 
 D’autres encore prennent de la distance non par prudence ou frilosité, mais pour voir clair, entendre, sentir. Quand on arrête de fumer, il faut des mois avant de retrouver le plaisir du goût et des odeurs. Pendant des années la maladie nous a aveuglés, on est resté sourd aux appels, insensible aux souffrances. Pour en sortir il faut du temps avant de se reprendre et se frayer à nouveau un chemin. Et puis l’incertitude n’est-elle pas un attribut de l’humanité ? N’est-ce pas parce que nous sommes libres que nous ne savons pas de quoi demain sera fait ?
 
- Mais le doute, même s’il est provisoire, n’est-il pas une solution de facilité ? Il y a l’urgence de certaines situations, des décisions à prendre…
 
- Etonnante réflexion d’un étudiant en sciences. Voyons, les plus grandes découvertes n’ont-elles pas été faites à la suite d’un questionnement ? La facilité, pour reprendre le mot, n’est-elle pas de s’installer paisiblement dans le fauteuil du prêt à penser officiel ? Des fauteuils, dogmes et doctrines en ont des millions en magasin, et confortables. Mais attention à Krokoukas, ils sont piégés. Plus que des gens qui doutent, méfions-nous de ceux qui ont réponse à tout !
 
 
§ 
 
 
 


29/08/2020
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres