Vacances en dictature

 

 

 Un ministre prend des vacances dans un pays sous dictature. Pire : il aurait permis la livraison d’armes de répression au régime en question. Horrible. Oui c’est horrible de savoir que les deniers du peuple, donc de vous, de moi ont pu servir à contenir, pire à empêcher par la violence une révolution démocratique dans un pays quel qu’il soit.

 

 C’est le rôle de l’opposition d’exiger une sanction. Mais parmi ceux qui réclament sa démission il y a des gens qui ont noué des liens et qui ont encore des rapports avec des régimes peu recommandables et qui font du commerce avec les pires dictatures que le monde connaît aujourd’hui. Et puis… il y a le passé.

 

 Ces amitiés entretenues pendant des décennies avec les bons tyrans africains ou arabes, il s’agit bien de ministres, de gouvernants de ce pays, n’est-ce pas ? Tenez par exemple, le commerce avec l’Irak de Sadam Hussein ?

 

 Parmi ceux qui réclament la démission de la personne en cause figurent des hommes et des femmes qui furent moins revendicatifs lorsque le secrétaire général d’un grand parti politique français fit l’éloge du paradis roumain retour de vacances au pays des Ceausescu.

 

 Un autre secrétaire général devint ministre quelques années après un glorieux séjour à Moscou pendant la deuxième guerre, les militants de son parti risquaient leur vie et nombre d’entre eux la perdirent en se battant courageusement sur le sol français contre les nazis. Moscou, Staline, Thorez. Puis De Gaulle, Thorez ministre de la fonction publique de 1945 à 1947 et vice-président du conseil en 1947… Et allez !

 

 Berlin 1936, les JO. Le sport, les bras levés devant les dieux du stade. Comme se tenait devant Hitler et Coubertin le grand meeting de la race pure, des milliers d’opposants au nazisme, sociaux-démocrates, communistes, juifs étaient persécutés, les camps ouvraient leurs portes. Mais l’important était de participer.

 

 Et on s’effarouche aujourd’hui de voir un ministre emprunter l’avion d’un milliardaire pour passer ses vacances dans la Tunisie de Ben Ali ?

 

 Oui c’est horrible. Encore plus d’apprendre que des armes étaient destinées aux milices d’un dictateur, des armes produites, financées par une démocratie. La nôtre. Attitude qui n’a donc rien à voir avec le pacifisme, ni avec un vague esprit de réconciliation. On sait que les dictateurs n’ont que faire des accords de paix. Ils savent, quand c’est leur intérêt, donner des gages d’amitié. Quand à faire des concessions, pas question. C’est toujours aux démocraties de se mettre au pas. Gardons tout de même le sens de la mesure. Le copinage avec les dictateurs ne date pas d’hier. On les accueille même sur notre sol. Rappelez-vous Duvalier, Jaruzelski, Hafez el Asad, Kadhafi, Khomeiny… Au chapitre du terrorisme d’état, Ben Ali tenait sa place. Admettons. Mais les hauts cris de l’opposition, je les entends depuis seulement huit jours.

 

  Je ne suis pas fier du comportement de la France vis-à-vis des révolutions en cours, mais comment s’en étonner, quand on voit avec quelle indulgence nos politiciens de gauche comme de droite laissent proliférer sur leur propre sol les colporteurs des intégrismes les plus menaçants pour la démocratie et la république.

 

 

 

 

 



16/02/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres