Sur l'art de se taire

 

 Dans cette promenade que je fais parmi mes livres, il m’arrive d’ouvrir un Jean-François Revel, qui pour moi est un auteur de génie, et visionnaire. La nouvelle censure, sous titré : Un exemple de mise en place de la mentalité totalitaire (1), page 11 :

 

« …Ce qui a toujours caractérisé la défense de la Foi, dans toutes les Eglises, est de ne pas répondre aux arguments périlleux pour cette Foi, et, au lieu de cela d’empêcher qu’ils ne parviennent à la conscience des Fidèles. En effet, discuter un argument, c’est en prendre connaissance, y réfléchir, et éventuellement, y succomber (…)

 

« La technique de la « censure indirecte », que tout croyant commence par exercer pour et en lui-même, consiste d’abord à ignorer délibérément les arguments et les faits présentés par ceux dont les vues sont contraires à la Foi, ensuite à jeter la suspicion sur leurs mobiles, enfin, en dernier recours, à les accuser d’être stériles, destructifs… »

 

 Revel n’a pas été témoin de l’implantation de l’islam en Occident, mais il a vécu les périodes stalinienne et post-stalinienne en France. Ce qu’il nomme « la nouvelle censure », c’est le silence imposé par la nomenclature politique française, à gauche mais pas seulement, sur l’oppression des peuples de l’est de l’Europe sous la botte communiste. Le but, ici, n’est pas d’expliquer les raisons de ce silence, j’ai déjà abordé le sujet dans un précédent article (2). Mais les quelques phrases recopiées plus haut éclairent ce que les libres penseurs vivent aujourd’hui en France. La politique des pouvoirs, gouvernement, partis, medias peut se résumer ainsi :

 

1/ Ne pas répondre aux arguments périlleux pour la pensée officielle. Si cela est impossible, on étouffe les réactions des gens témoins des atteintes à la démocratie et à la laïcité : pas d’images sur les prières dans l’espace public, on évite les mots « islam » ou « islamisme » dans les reportages sur les attentats ou les guerres interethniques, motus et bouche cousue concernant les femmes battues, les actes antisémites dans les banlieues… la liste est longue ;

 

2/  Jeter la suspicion sur ceux qui dénoncent, à travers l’islamisation, les atteintes à la laïcité, aux droits et à la dignité de la femme, en les accusant de racisme en usant et abusant de l’amalgame bien connu entre « islam » et « race » ;

 

3/  Accuser ceux qui dénoncent, de complicité avec l’extrême droite ;

 

 Je vois dans cette démarche –mélange de lâcheté et de perversité- une ressemblance étonnante avec le silence respectueux des intellectuels béats devant les réussites du paradis socialiste, quand les chars écrasaient les révoltes populaires en Allemagne de l’est, en Pologne, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, quand les communistes sincères là-bas étaient contraints aux aveux, que les dissidents étaient internés en psychiatrie, que les écrivains fuyaient ou étaient expulsés, que les artistes travaillaient en cachette, qu’un scientifique de renommée mondiale était en résidence surveillée… Et encore, si la politique de l’autruche n’avait été adoptée que par les tenants du communisme en France, mais non : la gauche plongeait sa tête dans le sable, programme commun oblige.

 

 Et gare à ceux qui mettaient en cause la légitimité du socialisme à l’est ! Ils étaient au mieux suspects de quelque chose, d’être de droite ou réactionnaires, au pire fascistes,  agents de l’impérialisme ou de la CIA…

 

 Si un jour, les peuples se sont libérés de l’étau totalitaire, ils ne le doivent qu’à eux-mêmes. La gauche française et européenne n’y est pour rien, j’oserais dire : bien au contraire.

 

 Les leçons du passé servent-elles à quelque chose ? Apparemment non, quand on voit avec quelle mollesse nos représentants politiques n’en finissent pas de ne pas en finir avec une loi interdisant la burqa. Les islamistes doivent rire en douce. Qu’elle est c… la démocratie occidentale !  Profitons-en, puisqu’elle nous laisse la parole, et même qu’elle nous la propose ! L’ami Ramadan est sur les plateaux de télé. Des artistes, des intellectuels, des philosophes ou qui se prétendent tels, bref des gens très bien n’ont de cesse de faire l’éloge de la diversité culturelle : pour reprendre le mot de Jean-François Revel, « Censure indirecte », car ces bonnes gens savent bien qu’au nom de cette diversité, un retour en arrière de plusieurs siècles attend l’occident, par la mise en cause de tout ce que les Lumières, les révolutions, les peuples ont réussi à nous transmettre : la démocratie, la liberté, la laïcité. 

 

§

 

 

 

(1)   Robert Laffont, 1977

(2)   Pourquoi taire les crimes du communisme ?

 

 



02/04/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres