Serions-nous tous pareils ?

 

 

 

 Madame Aubry tance ceux qui sont gênés par la présence de 35% de maghrébins. Ce mot ne me plait pas, et je crois qu’il peut ne pas plaire à des personnes originaires de pays différents, bien que situés sur une même zone géographique, que les Anciens nommaient l’Hespérie où le rusé Héraclès demanda au titan Atlas d’aller cueillir les pommes d’or, ce pays du soleil couchant, le Maghreb. Certains français n’aimeraient pas être pris pour des belges, des britanniques ou des suisses allemands qui pourtant vivent dans la même zone géographique. Je ferme la parenthèse, j’ai entendu autre chose. 

 

 

Madame Aubry a dit : 

 

 

« Je m’emmerde dans une ville où on est tous pareils. » 

 

 

 Qu’est-ce qu’elle en sait cette dame ? Elle ne me connaît pas ! Ce n’est pas très gentil pour nous. J’entends pour les êtres humains que nous sommes. Tous pareils ? Même si on mettait à part tous les gens qui dans notre pays sont d’origine étrangère, et qu’il ne reste que les français de souche –et encore, depuis combien de générations, serions-nous tous pareils ?

 

 C’est aussi absurde que de dire que la France est chrétienne, j’ai même entendu pire : catholique. Quel mépris pour les autres ! Pour ceux qui sont juifs, protestants, orthodoxes ou musulmans ! Mépris pour ceux qui sont sans religion !

 

 Non madame, nous ne sommes pas tous pareils. J’avais à peine douze ans quand au cours d’éducation religieuse, relevant dans la Bible ce terme de troupeau qualifiant les fidèles guidés par un berger le Seigneur, j’étais choqué. Interloqué aussi, car ces gens de foi nous remâchent que l’homme est par nature distinct de l’animal.

 

 Il n’est pas nécessaire d’avoir une couleur de peau plus claire ou plus foncée, de parler une autre langue, d’adorer un autre dieu, ou le même sous d’autres formes pour être différent. Un français de souche pourrait se sentir plus proche d’une personne venue d’ailleurs que de son voisin de palier. La couleur de peau n’a d’importance que pour les cons. Ce politicien qui affirmait qu’on avait naturellement plus d’affinité avec son frère qu’avec son cousin, plus avec son cousin qu’avec son voisin, plus avec son voisin qu’avec l’étranger résumait parfaitement cette idéologie primaire bien caractérisée par le terme de xénophobie. Les troupeaux ne se mélangent pas, ne broutent pas les mêmes herbes, et pas sur les mêmes terres. S’il en était ainsi des hommes, la vie serait bien triste, et qui sait ? Les progrès dans l’histoire de l’humanité ayant été souvent le produit de rencontres, nous en serions peut-être encore à l’âge de pierre. 

 

 

 Et c’est là toute l'absurdité de cette idée fumeuse de « diversité culturelle » chère à nos angelots pour lesquels tout ce qui vient d’ailleurs est producteur de richesse. On peut accepter et même favoriser la rencontre, l’échange, l’écoute, le dialogue, sans pour autant abdiquer. Retenir de l’autre ce qu’il a de meilleur, mais garder et même défendre ce qui a été gagné de notre propre côté. Et c’est bien vrai que la diversité est une belle chose. Quoi de plus beau en effet de voir, Madame, le même jour à la même heure, des hommes et des femmes de tous âges et de toutes origines se baigner dans la même piscine ?

 

 

§

 

 

 



19/01/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres