" Sale blanc ! Sale français ! "

 

 En voilà des propos peu sympathiques. Mais ce n’est pas du racisme. Tout au plus des insultes, lancées sous le coup de l’émotion par des jeunes discriminés. Les voilà les victimes, les seules, les vraies.

 C’est aux blancs, ces colons, c’est aux français, ces exploiteurs de l’Afrique qu’il faut intenter un procès. Non mais regardez-les ces innocents, qui hurlent leur chant de guerre aux finales de foot, qui laissent leurs femmes papillonner dans les rues, qui ne croient plus en rien, qui nous bassinent avec les trois couleurs de leur drapeau, qui envoient leurs troupes contre ceux qui croient à quelque chose, là-bas nos frères.

 

 

 Oh là ! Pas si vite ! S’il y a eu des guerres et des colons, c’était avant. Et on n’était pas nés. Ce n’est pas à soixante millions de français de payer pour des fautes que leurs ancêtres et encore pas tous, ont commises. Si tu veux qu’on revienne sur le passé, on peut, mais c’est un jeu dangereux, il y aurait des surprises.

 

  Le bourgeois de gauche qui porte sur ses épaules l’humanisme planétaire, les droits humains, la fraternité et la paix entre les peuples, s’insurge contre l’idée qu’il pourrait y avoir un racisme anti-blanc. Le Monde et Marianne sous le bras, il est content sur les quais de Seine. Le soleil d’un printemps tardif darde ses rayons sur l’onde, et des reflets fantomatiques s’animent sur les reliefs du Pont-Neuf. Il est content. Il a lu dans son journal quelque chose qu’il partage. Le racisme en France touche une écrasante majorité de personnes d’origine étrangère, surtout quand la couleur de leur peau n’est pas blanche. Qu’il y ait parfois –et encore méfions-nous des témoignages, on sait que l’extrême droite est partout dans les rues- des abus venant de personnes qui en ont assez d’être discriminées, obligées de poireauter au bas des immeubles, impatientes qu’elles sont de trouver un boulot, cela ne fait aucun doute. Il ne faut pas prendre ces insultes, le mot est un peu fort, au pied de la lettre. Si vous entendez un jour « sale blanc, sale français », dîtes-vous que c’est un appel au secours, le cri de quelqu’un qui souffre, une victime du capitalisme sauvage, un laissé pour compte, un jeune en mal de vivre, un martyr, pire : un produit de votre propre société en décomposition. Répondez à son appel, excusez-vous, qu’il vous pardonne enfin d’être l’arrière petit-fils d’un homme qui a peut-être été pour quelque chose dans la colonisation de son pays, et qui sait, peut-être d’avoir élu en mai 1981 un président de la république qui, garde des sceaux du gouvernement socialiste de Guy Mollet en 1956, n’était pas le dernier à accepter et même ordonner les décapitations de nationalistes algériens, entre autres du responsable du parti communiste de ce pays. Si vous avez un doute, rendez-vous sur Google, « Mitterrand guerre d’Algérie », c’est instructif, mais ma parole…c’est encore un coup de l’extrême droite, ils sont partout !

 

  Quand au racisme, ce fléau n’a pas de couleur. Il est malheureusement universel. Et celui qui insulte une personne parce qu’elle est française et blanche de peau commet un délit et doit être puni.

 

 

§



10/05/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres