Que c'est dur de se dire: "Tu t'es trompé" !

 

 Ces gens qui n’ont jamais touché la politique ne serait-ce que du bout des doigts posent un œil goguenard sur ceux qui en sont revenus. Pauvres hères. Ils ne savent pas. Ils sont comme ces êtres sains de corps et d’esprit –surtout de corps- qui n’ont jamais goûté l’ivresse et vous susurrent :

 

-         Ne bois pas, ne fume pas, conseils d’ami pour ta santé.

 

Qu’est-ce qu’il en sait l’ami, peut-être que si je n’avais pas bu je me serais jeté par la fenêtre. La bouteille, c’est mon acharnement thérapeutique à moi. Je veux vivre, et personne ne pourra m’en empêcher. Jusqu’au jour où, sur un papier à en-tête, de ma plus belle écriture, j’inscrirai :

 

-         S’il vous plaît, je n’en peux plus, mettez fin à mes souffrances, enlevez-moi cette bouteille et brûlez mes cigarettes. 

 

Et je répéterai ces mots plusieurs fois, en présence de ma famille et de l’équipe médicale. Et puis je m’endormirai. Et personne ne pleurera, car je l’aurai demandé. Sauf un. Mon pote. Mon Jeff à moi. Lui, sur qui s’acharnent depuis des années les thérapies de tous les terroirs de France, lui il sait.

 

 Eux ne savent pas. Ils sont comme les petits enfants. Pourquoi ceci ? Pourquoi cela ? Ah bon ? La sécurité sociale existe parce qu’il y a eu des grèves ? Quoi, mes parents ? Ah, peut-être…et les congés payés, et les conventions collectives ? aussi ? Mais pourquoi leur en vouloir, la sécu, les congés et autres acquis sociaux leur ont été servis tout chauds, sur un plateau qu’ils finissent à chaque repas, car on les a habitués très tôt à manger de tout.

 

 Ils ne savent pas que Nicolas était un honnête homme. Qu’il a vécu une époque et surtout une guerre que je ne souhaite à personne de vivre même à mon pire ennemi, même à un nostalgique du nazisme. Attention, je dis vivre une guerre en continuant d’être honnête ! Quand il a menti dans sa vie, c’était pour sauver des camarades. Quand il s’est menti à lui-même, c’était parce que la Fin justifiait le pacte germano-soviétique. De son père, il ne m’en dit pas un mot. Mais je crois savoir que c’était Staline. Quand Maurice n’était pas là. Et Maurice n’était pas souvent là, c’était un papa provisoire, le petit chef d’une famille d’accueil, en quelque sorte. Joseph Djougachvili lui, était très loin et très proche, un Père-partout, un Père des peuples. Qui avait beaucoup d’enfants et qui construisait quelque chose avec eux. Jusqu’en Sibérie il construisait quelque chose. Il avait beaucoup d’autorité, mais il en faut car les enfants ne sont pas toujours sages. Et ils aiment l’autorité, ils la réclament à leur façon, pas toujours en le disant. Bref, Nicolas avait un père. Sa femme était au fourneau, il lui parlait fort, de ces grosses voix qui n’admettent pas la contradiction et qui cachent une grande sensibilité et le respect de l’autre. Il lui rapportait sa maigre paie de charpentier. Ils vivaient heureux, au milieu d’amis fidèles et rigolards, car dans cette rue de banlieue il y en avait du beau monde.

 

 Si j’évoque cet homme, c’est que je peux le faire sans verser une larme. Nicolas, il n’a pas su. Il est mort avant. Certes, les patrons étaient encore aux commandes, mais là-bas l’Est tenait encore bon ses promesses. Et ici, le Parti était debout, vigilant.

 Nicolas est mort avant le soulèvement d’un coin du rideau, avant l’effondrement du mur, de l’Union Soviétique, du socialisme. Il est mort avant la fin. Avec lui il a emporté l’espérance, celle d’un peuple, des peuples, du mouvement ouvrier, de l’humanité entière. Je suis content pour lui. Il n’aurait pas mérité cela. Mais les autres, ses camarades ? Pensez : pour la première fois dans l’histoire, d’un bout à l’autre du monde, des hommes et des femmes qui ne se connaissaient ni d’Eve ni d’Adam regardaient dans la même direction, s’inventaient le même avenir. Et du jour aux lendemains, plus rien. Des secrétaires généraux qui bégaient, qui ne s’expliquent pas. Devant, le dragon capitaliste crache le feu. Derrière, un Parti exsangue, pire, mille fois pire, un Parti qui ne nous avait rien dit . Qui avait caché des faits réels, des malversations, des privilèges, des camps, des crimes. Derrière, il n’y a plus rien. Notre dépit à nous, il est à la mesure de l’espérance qui était la nôtre. Le mouvement ouvrier a été sabordé par ses propres capitaines. A l’Est par des usurpateurs, des bureaucrates sans foi ni loi qui ont défiguré puis trahi la plus belle révolution de tous les temps. A l’Ouest par des fils du peuple qui ont renié jusqu’à leurs origines, qui ont voté les crédits de guerre en 1914, qui ont montré du doigt les socialistes quand les fascistes d’Allemagne fourbissaient leurs armes, qui ont suggéré dans les usines, lors d’un grand mouvement social inspiré par l’Université, que les étudiants étaient des gosses de riches. Des fils du peuple qui qui qui qui qui qui….

 

 Oui c’est dur de se dire : « tu t’es trompé ». Le plus difficile n’est pas de regarder les choses en face, mais de se regarder soi-même. Combien de militants en ont eu le courage ? Tous sont à plaindre, et ceux-là sont des héros. Même si l’Amérique n’est pour rien dans l’échec du communisme –elle n’est intervenue ni en 1953 en Allemagne de l’est, ni en 1956 en Hongrie et Pologne, ni en 1968 en Tchécoslovaquie- on peut comprendre la haine de ces gens à son égard. Haine de l’Amérique, flambeau de l’Occident capitaliste triomphant.

 

 Plus difficile à admettre est cet acharnement à critiquer systématiquement la société occidentale, à l’accuser de tous les maux, à l’affubler de tous les mots les plus dégradants : un monde où règnent privilèges, corruption, mensonge, prostitution, misères matérielle et morale. Bref, la société dans laquelle nous vivons se résume à une bouteille de Bourbon tenue par une femme dévêtue, représentés sur un énorme panneau publicitaire sous lequel gît un homme sans domicile fixe. Alcool, luxure, déchéance. Condamnation sans appel qui ressemble étrangement à celle proférée contre la démocratie par ses pires ennemis extérieurs. Etrange cette sympathie affichée pour des hommes, des mouvements, des états –quels qu’ils soient- pourvu qu’ils combattent l’Occident. Dangereuse attitude qui risque de coûter cher à tous les démocrates, mais aussi à ceux qui entretiennent ces amitiés. Car ne l’oublions pas, en démocratie les femmes et les hommes vivent, respirent, circulent, professent, critiquent, manifestent, arrêtent le travail, votent, dessinent la caricature de leur président à la une d’un journal librement diffusé, volent et tuent aussi, et des avocats sont là pour les défendre jusque sur des ondes publiques qui ne connaissent de limites que celles de la fiabilité électronique des satellites de communication.

 

 Comme c’est désolant de voir ces fils, ces petits-fils des pionniers du socialisme s’acoquiner aux doctrines et mouvements les plus réactionnaires, quand ce n’est pas pour se faire les avocats des états qui protègent des criminels. Si j’osais, je demanderais :

 

« Franchement, les yeux dans les yeux, qui parmi vous, toi Olivier, toi Raoul, toi Quentin, toi Alain, lorsque le 11 septembre 2001 les tours du World Trade Center se sont écroulées sous les coups des terroristes, qui parmi vous n’a pas pensé :  c’est bien fait  ? Qui ? ».

 

Mais je n’ose. Peut-être méditent-ils aussi ? Peut-être pensent-ils leurs plaies ? Le mal totalitaire est encore purulent. Il faudra du temps.

 

 

§



01/09/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres