Pour une philosophie populaire

Pour une philosophie enfin populaire, dans un langage simple

 

 

-         Mr. Alan Biquet, vous voilà donc chargé par le GNPLRPPCPT (Groupement Nouveau Pour La Renaissance d’une Philosophie Populaire et Compréhensible Par Tous), vous voilà donc chargé, disais-je, de métamorphoser –le mot n’est pas trop fort vu l’ampleur de la tâche- le langage de nos chers philosophes…

 

-         Le mot n’est pas trop fort en effet, puisqu’il s’agit d’un radical changement de forme. Le fond est bon. C’est sur le langage que portera notre effort.

 

-         Comment ?

 

-         Par une explicitation des concepts ou des termes par trop ésotériques.

 

-         Par exemple ?

 

-         Prenons l’épistémologie. Nous l’appellerons désormais : la science de le science. La répétition n’est pas heureuse, mais le sens saute aux yeux.

 

-         En effet. Bon. Je vais vous dire un mot, vous me le traduisez, d’accord ?

 

-         Pas de changement.

 

-         Non, je dis « d’accord…vous le traduisez » ! Prenons le taureau par les cornes : « PHILOSOPHIE » ?

 

-         Amour de la sagesse.

 

-         Formidable ! Un autre, tiens : « SAGESSE » ?

 

-         Juste connaissance, naturelle ou acquise, des choses.

 

-         Ce qui donne donc pour « philosophie » : « amour de la juste connaissance, naturelle ou acquise, des choses » ?

 

-         Exactement, à la virgule près.

 

-         Voilà qui est clair. Sauf peut-être, ce fameux concept de « CONNAISSANCE » ?

 

-         Etat de l’esprit de celui qui connaît et discerne.

 

-         La « philosophie » serait donc : « l’amour du juste état de l’esprit de celui qui connaît et discerne, naturellement ou par acquisition, des choses » ?

 

-         Chaque terme peut être discuté, mais en gros, nous y sommes.

 

-         Un mot me fait peur, Mr Biquet : « ESPRIT » ?

 

-         Principe pensant en général, opposé à l’objet de pensée, à la matière.

 

-         Voilà la philosophie devenue enfin précise ! Sauf peut-être, en ce qui concerne le « PRINCIPE ». Tous les philosophes ne lui accordent pas le même sens…

 

-         On pourrait parvenir à un accord sur : « proposition première et non déduite ».

 

-         « NON DEDUITE » ?

 

-         Non conclue par un raisonnement, à titre de conséquence.

 

-         Bien. Je crois qu’on a fait le tour du mot. La philosophie, en langage nouveau et populaire, devient donc :

 

L’amour du juste état de la proposition première, posée et non conclue par un raisonnement, à titre de conséquence, de la pensée en général, opposée à l’objet de pensée, à la matière, de celui qui connaît et discerne, naturellement ou par acquisition, des choses.

 

-         Je n’ai pas traduit : « AMOUR »…

 

-         Oh ! Ca, vous savez, on peut supposer que le bon peuple connaît, merci encore, professeur, et…bon courage !

 

§



22/04/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres