Olympiades

 Un grand champion lance le javelot à 88 mètres.

 

 Soixante millions de ses concitoyens n’en ont jamais tenu un dans leurs mains.

 

 Au lieu d’engloutir temps et argent en vue de la performance –hypothétique- d’un seul surhomme, ne vaudrait-il pas mieux laisser une chance à tout le monde ?

 

 Eternel problème du sport de compétition.

 

 Seulement on dira : prenez les Français, une infime minorité d’entre eux manifeste le désir de lancer le javelot. Idem pour les autres disciplines. Dans mon quartier, je n’ai encore vu personne lancer le poids, le disque ou le marteau. Quand je les interpelle sur le sujet, les voisins me disent qu’ils en auraient bien envie, mais que les sports de lancer sont trop dangereux et que cela nuirait au bon voisinage. Trop facile ! En réalité, les gens paressent, manquent de volonté, quand à leur aspiration  à se dépasser, n’en parlons pas ! 

 

 C’est vrai.

 

 Il reste une solution : la force. On nous obligeait bien il n’y a pas si longtemps à tirer au fusil pendant un an (en temps de paix), pourquoi ne pas imposer les lancers du poids, du disque, du marteau et du javelot ? On ne s’arrêterait pas aux garçons, tous les sexes seraient mobilisés.

 

 Certes, en cas de guerre, si l’ennemi en reste aux armes à feu, la lutte risque d’être inégale. Mais en cas de guerre olympique (tous les quatre ans), outre le fait qu’il faudra rallonger les stades, l’adversaire n’aura qu’à bien se tenir.

 

 88 mètres ! Enfin… c’est bien pour un homme, mais sur dix millions de jeunes conscrits, si l’on n’en trouve pas un pour nous envoyer la marseillaise, c’en est fini du patriotisme.

 

 

§



11/07/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres