Les hommes politiques s'ennuient

 

 En France, il y a de moins en moins de boulot. Là où il y en a encore, les usines ferment, les patrons licencient et déménagent le matériel loin d’ici dans des contrées où un dollar permet de vivre une journée de plus. Les étudiants, les chercheurs s’expatrient, des laboratoires équipés les attendent dans des contrées où l’on a décidé que la science avait un avenir. Des gens qui n’ont plus de ressources, s’occupent à de petits travaux en cachette, car dans ce pays où les travailleurs sont chassés de leurs ateliers, c’est le travail tout court qui est interdit. Les nouvelles générations l’ont bien compris, questionnez les maîtres, ils vous diront à quel point tout effort est vécu par la jeunesse comme une punition, une torture, une atteinte aux libertés individuelles.

 

 On dirait qu’un pays entier survit sur l’inertie, par la grâce de l’habitude. Tout continue, comme avant, et parce qu’il y eut un avant. Oh oui ! Ici tout le monde s’occupait. La paresse était l’exception. On la montrait du doigt. Le travail était une vertu, comme le courage, la volonté. A neuf heures du matin, il n’y avait plus personne dans les rues. Et ceux qui traînaient encore, on les suivait, l’œil mauvais car l’humanité n’était pas pour autant meilleure qu’aujourd’hui. Quand les sous, avec parcimonie étaient libérés par le patron, ils servaient au nécessaire, à l’alimentation, au bien-être des enfants, à assurer l’avenir de la famille. Quand pour une sortie éducative dans le cadre scolaire, il était demandé quelques sous, le maître ne posait jamais la question en classe. Il savait que personne n’aurait levé la main. La solidarité se faisait dignement. Rarement. Les pauvres étaient les plus fiers, c’était un honneur pour eux de voir leur fils, leur fille se rendre dans un lieu qu’eux-mêmes de leur vie ne fréquenteraient jamais : le théâtre, le musée, le château.

 

 Aujourd’hui, sur les ondes, tout le monde est solidaire de tout le monde. A se demander pourquoi tant de malheureux à la rue font l’aumône. Non seulement trouver du travail est un exploit, mais on encourage les gens à ne pas travailler. On cultive l’oisiveté. La liste des allocations versées aux inactifs est vertigineuse. Il faut vraiment être naïf … ou animé d’un courage héroïque pour bosser à deux heures de chez soi comme vigile, technicien de surface ou manutentionnaire en CDD pour un salaire de misère, quand le gros plouc d’à côté pose dix heures par jour ses cent kilos devant ses jeux vidéos en attendant ses ASSEDIC, ses allocations familiales et que ses enfants bénéficient gratuitement de la cantine scolaire et des vacances en colonie offertes par la municipalité. J’ai oublié un détail : sa femme quitte son domicile à sept heures du matin, prépare, habille les enfants, les mène à la crèche, court à la gare puis dans la cohue des transports, après une heure ou plus de suffocation, se rend sur son lieu de travail, un bureau dont elle fait briller les surfaces. Car, il faut bien l’avouer, l’oisiveté n’est pas toujours répartie également entre les sexes. Tout le monde ne s’ennuie pas, certains s’occupent.

 

 Mais beaucoup s’ennuient. Les premières victimes sont les responsables, ceux qui portent le pays sur leurs épaules : le personnel politique. Franchement, je n’échangerais pas ma place contre la leur. Certes, persifler président, ministres, députés, sénateurs, et la cohorte des élus de la république est devenu en France un sport national. On en entend de belles et de pas mûres, qu’ils sont coupés du peuple, qu’ils ne tiennent pas leurs promesses (ce n’est pas toujours un défaut, NDLR) on leur reproche aussi d’être payés à ne rien foutre. Alors là, je dis : critique en lèse-majesté.

 

 Je pose une question : Que voulez-vous qu’ils fassent ? Nos gouvernants partagent le sort de millions de leurs concitoyens. Total décide de fermer une raffinerie non rentable. On entend ici ou là de véhémentes attaques : « Ouais, le gouvernement ne fait rien pour empêcher le licenciement de centaines d’employés ! » Faux. Le ministre a prononcé un discours. Résultat, la raffinerie ne fermera pas immédiatement. Mais peut-on faire plus ? Non. Se rendre sur place ? Au risque de se voir injurier ou molester par des manifestants désespérés ? La crise économique mondiale rend la vie impossible à nos responsables politiques car n’ayant plus d’objectif à poursuivre ils ne sont plus crédibles: la mondialisation est irréversible, le tissu industriel du pays se décompose, le découragement gagne toutes les classes de la population y compris les plus actives et même l’opposition qui d’ailleurs, n’ayant rien d’autre à proposer hormis des discours creux, sombre également dans l’oisiveté.

 

 Alors, de gauche, de droite et du centre, nos diplômés des grandes écoles tournent en rond et s’ennuient à mourir. A mourir malheureusement non, ils débarrasseraient le plancher. Ils sont toujours là car, et c’est le nœud de la tragédie : ils ont un mandat à remplir. Quand vos enfants s’ennuient, que font-ils ? Ils se chamaillent ? C’est ce que font nos élus. L’un d’entre eux à l’occasion d’un banquet payé avec nos impôts, lâche un bon mot en présence des journalistes qui eux non plus n’ont rien d’autre à faire que de répandre des futilités. Le bon mot est souvent méchant, cela rapporte de l’audience, surtout relevé avec une pincée de racisme ou d’antisémitisme, juste ce qu’il faut pour éviter un procès et gagner un peu de popularité avant les élections. Pendant trois jours, le monde entier est épargné par les tremblements de terre, après tout on vous a assez dit et répété que les secours étaient sur place, on ne va pas en faire un fromage. Non, le plus important c’est qu’un monsieur a dit d’un autre qu’il avait une tronche pas ceci ou cela,  quelle bassesse, mon dieu quelle bassesse.  Il n’y a pas si longtemps ces affaires se réglaient dans un duel. A l’épée, devant témoins, sur la place publique. Et je m’étonne qu’aujourd’hui où l’audiovisuel occupe un place aussi importante dans les foyers, les armes ne soient pas tirées des fourreaux, devant les caméras, par des hommes à qui le peuple a fait l’honneur de déléguer ses pouvoirs, des hommes qui, d’une signature, envoient des jeunes gens risquer leur vie au milieu des barbares, quand eux-mêmes, du courage et de l’honneur ne connaissent plus que les mots.  

 

§

 

 

 

 

 



04/02/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres