Le Zorki 6

 

 

 

 

 

 

 Quand on parle de technique photographique, on pense immédiatement Allemagne. Il est vrai que le génie technique germanique associé aux capacités industrielles du pays ont donné naissance à une quantité d’appareils et d’optiques de renom : Leitz, Zeiss, Rollei, Voigtländer, Contax… 

 

 

 Il fut une époque où l’art photographique, et la technique aussi fleurissaient en Union soviétique. On pourrait même parler de Russie, car dès le milieu du XIX° siècle, la technique du daguerréotype était pratiquée dans ce pays. Mais revenons-en au siècle passé, et surtout à ce que je connais. Voici un appareil pour film de 35mm équipé de son objectif standard. J’ai pour habitude de ne présenter que des appareils en état de marche, les deux photographies présentées en fin de cet article en témoignent (avec cette réserve que ma méthode qui consiste à numériser des tirages 18x24 n'est certainement pas la meilleure, et je suis toujours déçu quand je regarde le résultat du transfert sur l'écran). 

 

 

 C’est un Zorki 6 sorti d’usine dans les années 60, objectif Jupiter 8 de 50mm ouvrant à f :2. Contrairement à ses ancêtres de même nom et de même format, on ne peut pas reprocher à ses concepteurs de s’être inspirés du Leica –sauf la monture de l’optique au pas de 39mm-. Le dos est ouvrant sur charnière, le capot supérieur est plat, l’armement se fait à l’aide d’un levier –le Leica à vis jusqu’au IIIf par bouton cannelé tournant- et la visée télémétrique grâce à l’écartement important de ses fenêtres est d’une grande précision. Autre point positif : cadrage de l’image et mise au point de la distance se font sans déplacer l’œil du viseur –jusqu’au milieu des années 50 le Leica à monture à vis disposait encore de deux œilletons de visée, certes le Leica-M à baïonnette mit fin à ce supplice, mais à un coût !-. 

 

 

Qualité optique excellente, compacité, maniabilité, cet appareil n’aurait que des qualités ? On l’a dit fragile, il ne m’a jamais trahi. D’accord, le déclenchement est un peu sec et plus bruyant que celui du Leica. Mais je n’ai jamais pratiqué la photo au théâtre ni dans les tribunaux alors…

 

 

 

 

 

§

 

 

  

 

"En commémoration du martyre du Chevalier de la Barre supplicié à Abbeville" 

 

 

Cet homme n’avait pas ôté son chapeau au passage d’une procession religieuse. Il fut torturé et décapité en 1766. Son nom est évoqué par Voltaire dans l’article du Littré « poursuivre ».

 

 

 

 

 

 

 

Rue est la capitale du Marquenterre à l’embouchure de la Somme, son beffroi entouré de quatre tourelles date du XV° siècle, mais la loge du guetteur à son sommet est plus récente (1860) 

 

 



29/10/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres