L'inconséquence de la politique des dirigeants israéliens

 

 

 

 Devant l’inconséquence de la politique des dirigeants actuels de l’état d’Israël, on reste pantois. Après avoir mis fin au moratoire sur la poursuite de la colonisation, voilà que M.Netanyahu et ses amis de la droite religieuse découvrent un nouveau type de provocation : imposer aux candidats à la citoyenneté l’allégeance au caractère « juif » de l’état.

 

 Qu’on impose à chacun de respecter le caractère démocratique de l’état, nul ne s’en indignera. C’est bien autre chose de demander l’allégeance au caractère religieux de l’état, une mesure contraire autant à la laïcité qu’à la démocratie. Une façon d’agir qui ressemble aux pratiques théocratiques de ces états tout proches dans lesquels règne la loi islamique. Etats qui sont les pires ennemis d’Israël et de la démocratie en général.

 

 Et justement, cet amendement, s’il est adopté par le parlement, apportera de l’eau au moulin de tous ceux qui ne supportent pas l’existence d’Israël, et ils sont nombreux de par le monde et nullement limités aux Hamas, Hezbollah et autres islamistes. Il n’est qu’à voir cette campagne internationale pour le boycott des produits israéliens dont les militants font tout ce qu’ils peuvent pour dissimuler leur antisémitisme. J’entendais hier (France info) la journaliste insister lourdement sur le fait que deux diffuseurs de tracts pour le boycott qui allaient être jugés étaient connus pour leur antiracisme…

 

 Il est grand temps que le seul et unique état démocratique du Proche-Orient - à l’image des huit ministres qui ont voté contre cet amendement- se libère de ces religieux qui, partout où ils sont ne savent que professer l’intolérance.  

 

                                                                       §

 

 



14/10/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres