L'éléphant et le moustique

 « Je comprends que l'éléphant s'irrite quand le moustique lui pique l'oreille mais je ne peux pas croire à la thèse selon laquelle Israël se sent menacée parce qu'en six mois, il est mort trois de leurs ressortissants sous les dizaines de fusées qui tombent tous les jours, semble-t-il dans le désert. »

 

(…) par contre, Gaza…

 

«… est un camp de concentration dans lequel les gens sont privés des moyens de se défendre »

 

La personne qui a prononcé ces paroles n'est ni un membre du Hamas, ni un obscur propagateur de l'islam, ni un manifestant d'extrême gauche pro-palestinien.

 

Les deux phrases que vous venez de lire ont été énoncées par le porte-parole de l'extrême droite française. C'était le 8 janvier 2009 à Nanterre à l'occasion de la présentation de ses vœux à la presse.

 

Quoi répondre ?

 

 Confronté à des propos qui, à défaut d'analyse politique, ne sont que l'expression de la haine de l'autre, on est tenté de se taire. Il ne faut pas.

 

 Ce monsieur nous dit qu'en six mois, seuls trois ressortissants israéliens sont morts, alors que les fusées tombent tous les jours.

 

  D'abord, ce sont trois victimes de trop, et probablement trois familles en deuil.

 

 Ce monsieur semble bien informé, il ne peut pas ignorer que les autorités israéliennes alertent les populations qui sont menacées par les roquettes, et font évacuer les lieux. De ce côté, on ne fait pas usage de « boucliers humains ». De ce côté, on n'exploite pas le malheur des gens à des fins médiatiques. A ce propos d'ailleurs, il y aurait beaucoup à dire sur la médiocrité pour ne pas dire la maladresse des services d'information israéliens… j'y reviendrai, car s'y ajoute le traitement pratiquement univoque des informateurs occidentaux tous d'accord sur un point : un éléphant est piqué par un moustique.

 

 L'exploitation du conflit du Proche-Orient afin d'entretenir et de développer l'antisémitisme devient dans notre pays un lieu commun. Lieu où se rencontrent curieusement –mais est-ce vraiment si curieux que cela ?- les extrêmes des deux bords.

 

 Les uns parce qu'ils transmettent la judéophobie par tradition, ce sont les professionnels : chrétiens traditionalistes, militants d'extrême droite, profanateurs de tombes, négationnistes et même néo-nazis.

 

 Les autres, sorte de bricoleurs pour lesquels la question juive ne s'intègre pas dans le dogme de la lutte des classes, et pour lesquels aussi l'état d'Israël est un vilain bras armé du méchant impérialisme américain.

 

 Voyons un peu :

Daté du 9 janvier 2009, sur le site de « La Commune » (obédience d'extrême gauche) :

cet Etat qui se maintient depuis plus de 60 ans par la terreur, les rafles, les massacres, les guerres successives. Aussi bien, le refus de la reconnaissance d'Israël ne procède pas d'une posture " radicale " mais de l'expérience tragique. A l'origine la création d'un Etat des juifs, était une utopie réactionnaire. Dans les faits, c'est devenu une machine d'oppression et de destruction barbare.

Daté du 17 janvier 2009, sur le site de Révolution socialiste (obédience d'extrême gauche) sous le titre À bas le sionisme et l'État colonial !:

« L'État fondé par les sionistes a transformé une petite minorité des Juifs du monde en oppresseurs de millions de Palestiniens. Cet État basé sur une religion est fauteur de guerres. Le Hamas accepte Israël dans les frontières de 1967 ; l'OLP a signé les accords d'Oslo. Mais la fin de l'oppression nationale dont sont victimes les Palestiniens passe par le démantèlement de l'État sioniste. »

Daté du 23 février 2008, sur le site Les Intransigeants (obédience d'extrême droite) sous le titre  Pour l'éradication du sionisme :

« De mon coté, très attaché au catholicisme et à la tradition, très intéressé par la politique et par l'actualité, je suis farouchement pro-palestinien (qui ne sont pas que musulmans, il y a aussi de nombreux chrétiens je le rappelle). Mais mon avis diverge des musulmans anti-sionistes en cela que les musulmans, qui reconnaissent le judaïsme comme « religion du livre », ont trop tendance à limiter le problème sioniste à une situation géographique. Comme si le problème de l'extrémisme juif, le sionisme, n'était qu'une question de territoire. Comme si le problème avait commencé seulement en 1948. 

Alors qu'Israël soit « rayé de la carte », pourquoi pas. »

Bref, nos extrêmes ont nettement pris parti pour le moustique, on a même l'impression qu'ils souhaitent que sa piqûre soit mortelle. J'ai trouvé pire (si c'était possible) sur un autre site : Combattre pour le socialisme…

Le combat du Comité pour la construction du Parti Ouvrier Révolutionnaire (de l'Internationale Ouvrière Révolutionnaire) se situe inconditionnellement aux cotés des masses palestiniennes dans leur combat contre l'État d'Israël. Pour les masses palestiniennes, il n'est possible d'en finir avec l'exil et l'oppression, de récupérer leurs terres, qu'en combattant et détruisant l'État colonial. (…) Or la paix exige la destruction de l'État d'Israël en tant qu'État colonial, gendarme de l'impérialisme au Proche-Orient ( de même, celle des États artificiels du Liban et de Jordanie).

Passons sur le vocabulaire employé (les « masses palestiniennes ») peu respectueux pour ce peuple, et qui laisse supposer que tous les Palestiniens pensent la même chose et agissent dans le même sens… Remarquez, on ne peut pas taxer ces constructeurs d'un « parti révolutionnaire » d'antisémitisme primaire, puisque, outre Israël, ils envisagent carrément la destruction de trois états. Ben voyons, pendant qu'on y est… elle va être belle l'internationale qu'ils vont construire !

Quoi dire ? Avec ces gens aucune discussion n'est possible. Leurs analyses sont des slogans. Sur calicots, trois mots suffisent pour exciter les foules. Leurs déclarations sont de guerre. Le bien d'un côté, le mal de l'autre. Il est vrai que présentées ainsi les choses sont plus simples. Cela rappelle une très ancienne conception du monde que le dictionnaire(1) décrit très bien :

« le manichéisme admettait, conjointement avec des données chrétiennes issues du Nouveau Testament, l'existence simultanée d'un principe du bien et d'un principe du mal, et la double création émanée de chacun d'eux. Son influence semble avoir subsisté jusqu'en plein Moyen Âge, notamment dans la doctrine des bogomiles(2) et des albigeois. »

Quelque chose me dit que le manichéisme n'est pas mort avec les Albigeois.

Dans les rues de Paris ou d'ailleurs, cela fait froid dans le dos d'entendre ce cri de guerre :

«A bas Israël ! »

 

 Le 03 janvier 2009 les parisiens ont pu l'entendre, ils ont vu aussi qu'on brandissait les drapeaux du Hamas et du Hezbollah, ce dernier arborant une arme automatique accompagnée d'un verset du Coran :

 

« Ceux qui suivent le parti de Dieu seront victorieux. »

 

 Ces bonimenteurs manifestent-ils vraiment dans le but exclusif de soutenir la lutte du peuple palestinien ?

 

 Comment des gens animés d'une telle haine vis-à-vis d'un peuple pourraient-ils être les amis d'un autre ?

 

§

 

 

(1) © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2001

 

(2) Membre d'une secte néo-manichéenne apparue en Bulgarie au Xe s., dont la doctrine se répandit jusqu'au Languedoc au XIIe s. © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2001

 

 

 

 



30/03/2009
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres