J'ai fait un rêve

 Une jeune fille, maintenue par ses deux sœurs, âgées de 14 et 16 ans, est corrigée par sa mère, âgée de 52 ans. Armée d'un couteau, cette dernière marque sa fille au visage, sur les deux joues. Ensuite, avec la lame, elle trace des lettres sur le ventre de la jeune femme. Enfin, elle lui glisse le couteau au niveau du sexe, lui faisant une légère entaille.(1)

 

 C'est à ce moment que je me suis réveillé. Tu parles d'un cauchemar ! Avec, comme d'habitude, une forte impression de réalité.

 

 Je me précipite vers la radio. Rien. La crise, les luttes internes au PS, la cacophonie gouvernementale, la routine. Ouf ! Ah si, un flash très rapide, évoquant une dispute familiale ayant mal tourné. Origine de la querelle, les écarts de conduite d'une adolescente peu respectueuse des traditions. Elle aurait refusé d'être mariée à un homme de trente ans. Pire, elle aurait entretenu des relations avec un jeune homme non musulman. Comme si cela ne suffisait pas, c'est elle qui porte plainte, l'effrontée !

 

 Sans suite, heureusement. La mère et les deux sœurs sont en liberté. Preuve qu'il n'y a pas eu actes de violence. D'ailleurs, le père et l'enfant de 10 ans ont confirmé aux policiers qu'il ne s'était rien passé.

 

 Il s'agit donc d'un fait divers sans rapport avec mon rêve. Dans ses méditations, Descartes, ce grand pourfendeur de l'illusion, nous mettait en garde contre nos visions nocturnes. Ce n'est pas parce qu'un monstre m'est apparu en rêve qu'il existe dans la réalité, disait-il. On devine où ce coquin voulait en venir. Une réponse à ceux qui, de l'idée d'un Etre, en déduisent son existence. 

 

 Dorénavant, je prends mes distances vis-à-vis de ces représentations nocturnes. Et puis, réfléchissons : si vraiment, à la suite d'un enlèvement et d'une séquestration, une adolescente avait été victime de telles violences, sûr que la République aurait réagi, voisins et gens du quartier en tête, suivis de la police et de la Justice, des associations anti-racistes et anti-discriminations, des partis politiques, des parlementaires et bien sûr des médias toujours vigilants et pointilleux dès qu'il s'agit de défendre la dignité d'une jeune fille humiliée par des barbares téléguidés par les traditions ou les religions d'un autre âge.

 

 

§

 

 

 

 

(1) d'après Violences : Maltraitée pour avoir refusé un mariage forcé –France -LCI (d'après agence) ; http://tfl.Ici.fr/infos/France/faits -divers/0,,4153749,,00-maltraitee-pour-avoir-refuse-un…   13/11/2008

 

 

 



15/11/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres