Israël au Salon du livre !

 Je suis outré. Ils ont osé. Israël au Salon du livre ! Et cela au lendemain des nouvelles incursions meurtrières en terre palestinienne. Incursions d’un état théocratique, qui a su, pendant des décennies profiter de son statut de victime pour, tel un shérif à la gâchette sensible, imposer sa loi dans cette région du monde où, par respect et esprit de responsabilité vis-à-vis de leurs propres peuples, rois, présidents, imams, ayatollahs et grands combattants de la Guerre Sainte étaient parvenus à établir la paix et la démocratie.

 

  De la paix et de la démocratie, l’Iran avait donné l’exemple en interdisant aux religieux déclarés toute participation politique, puis, avec délicatesse et prudence (cela a pris quelques années), en imposant la parité hommes-femmes à tous les niveaux de responsabilité. Il a même fallu quelquefois faire marche arrière, car des commandos de femmes laïques battaient dans la rue les hommes qui ne s’inclinaient pas devant elles. Les filles virent aussi s’ouvrir les portes des écoles, elles s’instruirent. En quelques années, la gent féminine manifesta son grand intérêt pour la culture, renouant ainsi avec un passé lumineux. Quand aux hommes, ils firent des progrès sensibles dans l’entretien du foyer, la garde des nourrissons et l’art culinaire.

 

 Paix et démocratie aussi à Gaza, où le parti Hamas démocratiquement élu après une campagne électorale animée où tous les courants d’opposition avaient pu s’exprimer pendant des heures sur toutes les chaînes (au point d’en devenir lassants, péché mignon d’une démocratie sans entraves), où le parti Hamas donc avait, dans un sursaut d’humanité, reconnu et même affirmé la légitimité de l’existence d’Israël.

 

 Paix et démocratie en Phénicie aussi. Oh ! Beau pays du cèdre, montagne blanche, fière de ton indépendance ! Mesures-tu la chance que tu as de pouvoir décider –seule- de ton sort ?  Et ce grand voisin qui, depuis des décennies, ne voulant que ton bien, te prête ses meilleurs soldats dans le seul but de te protéger contre l’agresseur sioniste venu du sud, ce grand voisin, as-tu prié pour lui, as-tu pris la mesure de son sacrifice ?

 

 Paix et démocratie en Syrie, où de père en fils, bravant les rodomontades d’une opposition déchaînée, dans le calme et la sérénité, sans manifester le moindre esprit de revanche, le guide Assad accepte de reconnaître que 0,1% des électeurs ne lui ont pas accordé leur voix. Face aux bombardements sionistes incessants sur Damas, le pays reste digne et fier, au point de ne pas informer les médias internationaux de cette agression injuste et criminelle.

 

  Je suis outré. Dans ce Proche-Orient devenu démocratique, où toutes les libertés sont permises, presse, pensée, réunion, culte, où la femme jouit d’un statut que lui envie le monde occidental, où les homosexuels s’embrassent tendrement dans les rues, où Amnesty International doit multiplier les démarches pour défendre les droits de quelques fanatiques religieux persécutés, bref dans ce Proche-Orient transfiguré, porteur de l’espérance humaine, la France, pays des Droits de l’Homme a osé inviter le seul état totalitaire, dictatorial, un état dont le pouvoir, aux mains de religieux intégristes libérés de tout contrôle parlementaire, profitant de l’impunité qui lui est accordée par l’Occident, et armé par ce dernier, s’autorise l’occupation d’un territoire qui, les archives du genre humain l’attestent, appartient à d’autres peuples depuis la fin du paléolithique supérieur –en gros, 20.000 et 570 ans avant le Loué-.

 

 Et puis, tous ces livres exposés dans un salon. Moi, je vous brûlerais tout ça ! De Livre, il n’y en a qu’Un.



14/04/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres