Islamophobie

 Je ne comprends pas la tolérance dont font preuve les politiques et les médias à l'égard des intégristes religieux. Ces illuminés qui prennent à la lettre les textes « sacrés » sont des gens dangereux, des ennemis du genre humain. Convertir ou éliminer, voilà toute la sainteté de leur guerre.

C'est pourquoi je ne partage pas ce mot du président de la république :  l'islamophobie est condamnable, c'est du racisme.

 

Et alors ? L'islam n'est pas une race. L'islam n'est pas une nation. L'islam n'est pas un peuple. L'islam est une religion. Ne pas confondre islamophobie et xénophobie. La peur de l'étranger est irrationnelle et dangereuse. Elle conduit au racisme. Mais craindre des préceptes, des dogmes, des pratiques inégalitaires, violentes, guerrières est une attitude tout à fait compréhensible. On peut nouer des liens d'amitié avec des étrangers et craindre le fanatisme. A l'inverse, il peut arriver que les pratiquants d'une religion soient xénophobes. On peut être athée et aimer l'humanité. On peut être islamophobe et fréquenter des amis asiatiques, iraniens, indiens, arabes, kabyles, français, blancs, noirs, jaunes, rouges, africains, asiatiques, américains du nord et du sud, européens. On peut être anticlérical et fréquenter les mêmes.

Je revendique le droit d'afficher, de manifester mon islamophobie. Pour moi, il n'y a pas de pays catholiques, protestants, bouddhistes, musulmans, animistes, orthodoxes… D'abord, un pays, ça ne sait pas lire, ça ne prie pas, ça ne défile pas derrière des idoles, ça ne voile pas les femmes, ça ne s'enchaîne pas aux grilles des cliniques où l'on pratique l'avortement. Pour moi, il n'y a pas plus de peuple catholique, protestant… D'ailleurs, les gens sont si différents, que je me demande encore ce qu'est un pays, ce qu'est un peuple. On peut se sentir plus proche d'un étranger dont la langue nous est incompréhensible que d'un voisin de palier français de souche. Et inversement.

Les religions exploitent à fond l'ignorance… allez disons le mot : la bêtise humaine. Le problème avec cette dernière, c'est qu'elle n'a pas de couleur de peau, elle n'a pas non plus de frontière. Malheureusement, car si la bêtise avait sa nation, son état, son peuple, on pourrait la montrer du doigt et rigoler un bon coup. Mais elle se répand, et apparaît quelquefois là où on l'attend le moins, chez des gens très instruits par exemple, cultivés même, et tout près de chez nous. Tiens, l'un d'entre eux a parlé dans le poste. C'était aux Jeux Olympiques, l'épreuve de course à pied. La représentante du Barheïn était voilée et vêtue d'une combinaison qui ne laissait voir que le visage et les mains. Réaction du commentateur de la radio (publique) : c'est bien la preuve que les choses avancent !

 

Pour nous résumer :

 

-         si l'irréligion est du racisme, il faut éradiquer ce phénomène insupportable, convertir de gré ou de force, ou pire : condamner.

 

-       si la critique d'une religion relève d'un choix de conscience, c'est une hérésie (du grec hairesin, choix) preuve qu'il reste en l'esprit humain un espace pour la libre pensée.

 

 

§



08/09/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres