Interdit d'interdire ?

 Cette maxime a plus de quarante ans : « Il est interdit d'interdire », formule ramassée, facile à dire, à écrire, à reproduire. En réalité ce slogan, de libérateur n'en a que l'allure, car en imprégnant les esprits, il a causé des dégâts dans les familles, les écoles, les banlieues, bref partout où la société a besoin de règles, de repères. A une certaine époque il était de bon ton de souhaiter que des criminels en fuite ne soient pas rattrapés par la police. Aujourd'hui encore, on accuse la police d'être elle-même par son attitude –son existence ?- responsable des violences, au moins d'en être à l'origine. Ce qui sous-entend que si la police n'était pas là…

 En réalité, à travers la police, c'est la société qui est visée. La société fondée sur la recherche du profit, l'argent, la spéculation, l'exploitation de l'homme par l'homme, les inégalités. Le discours est simple, clair, précis : si on pique ton portefeuille ou si une étudiante se fait agresser dans le train, ne cherchez pas, c'est la faute de la société. Celui qui s'est emparé de ton bien était dans le besoin, l'agresseur de la jeune fille avait lui-même été violenté par son père. Supprimez la misère et vous verrez : c'en sera fini de la délinquance, du crime et même du terrorisme.

 On imagine le désastre que cette idée peut engendrer dans la société humaine. Si c'est la faute des autres, ce n'est la faute de personne. Je pense avec nostalgie à nos maîtres d'autrefois qui s'efforçaient de cultiver en nous le sens des responsabilités. Y en a-t-il encore ? On me dit que oui. Je veux bien le croire, mais ils ne sont pas majoritaires. On nous apprenait que chacun était responsable de ses actes. En classe terminale, les préceptes du philosophe Kant qui affirmait que la maxime de mon action devait pouvoir être érigée en règle universelle, ne provoquaient pas les ricanements. Dans le métro, des gens se font agresser par une bande de voyous, et le commentateur de la radio a cette expression : « des jeunes un peu turbulents ». Alors vous pensez, Kant, on en est loin.

 S'il est interdit d'interdire, c'est le plus fort qui gagne. Ou le plus roué, le plus rusé. Il n'y a derrière mes propos rien de « sécuritaire » au sens péjoratif appuyé de l'angélisme ambiant. Je veux dire que l'absence d'interdictions, règles et sanctions, annonce la fin de la démocratie. Les trois mots qui sont inscrits sur les frontons de nos mairies indiquent d'abord que nous sommes libres. Etre libres de nos actes signifie que nous devons en répondre. C'est le plus beau cadeau que nos ancêtres révolutionnaires nous ont transmis : nous ne sommes plus des sujets, nous sommes libres et responsables. De là l'égalité. Oh certes, devant la loi seulement, c'est déjà beaucoup. Du haut en bas de l'échelle la loi républicaine nous place tous sur un pied d'égalité : chacun doit répondre de ses actes, le milliardaire frauduleux, l'agresseur du métro. La démocratie donne à ces personnes le droit de se défendre.

 

 Et curieusement, dans cette société de plus en plus permissive, où toute règle nouvelle est perçue comme une atteinte à la liberté de chacun et soulève protestations et manifestations de rue, voilà qu'on se propose d'interdire la présentation des listes « antisionistes » de Dieudonné aux élections européennes.

 Je remarque d'abord qu'on n'a jamais autant parlé de ces listes que depuis le jour où cette interdiction a été suggérée. Cette proposition n'a pas été suffisamment réfléchie. L'antisémitisme déclaré du personnage rencontre un écho dans le pays. Le contraire est encore plus vrai : s'il est devenu ce que l'on sait, c'est qu'il y a aujourd'hui un antisémitisme galopant qui voit se rencontrer (ce n'est pas la première fois, mais ouvertement aujourd'hui) les négationnistes de différents milieux, allant de l'extrême droite à une partie de l'extrême gauche sans oublier les fondamentalistes chrétiens et islamistes. Il n'est que de consulter les tribunes de discussion et les blogs sur internet pour se rendre compte de l'ampleur de l'offensive. Dieudonné surfe sur la vague. Alors, l'interdire ?

 

 Le même problème se pose vis-à-vis de l'extrême droite dont un leader avait déclaré –entre autres- que le génocide était un détail dans l'histoire. Faut-il pour autant interdire les listes de l'extrême droite ?

 Et si une liste se présentait faisant ouvertement l'apologie du nazisme, faudrait-il l'interdire ? Alors là, je sais que la plupart des gens répondraient : oui. Mais alors, à partir de quel degré d'horreur devra-t-on juger un propos, un projet, un programme inacceptable ? Où commence l'insupportable ?

 

 Je ne sais pas répondre à cette question. Les propos provocateurs et les coups d'éclat médiatiques de ces gens-là sont ahurissants et révoltants. Ils sont dangereux, n'oublions pas que les idées qu'ils avancent ont été à l'origine de la souffrance et de la mort de millions d'innocents au siècle dernier.  Entre eux et la démocratie, le combat est inégal. Ils peuvent tout se permettre, à la radio, dans la presse, sur internet. Plutôt que de les interdire, nous devons cesser de nous taire et de faire le gros dos.

 

 

§

 

 

 

 



06/05/2009
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres