Extrême droite recherche Humour... désespérément

 

 Je me souviens d’un sketch où Pierre Desproges disait que les nazis n’avaient pas été très gentils avec les juifs. Remarquez –ajoutait-il- les juifs le leur rendaient bien. Eh oui, on pouvait rire de tout. Sans arrière pensée. Lui-même disait qu’on pouvait rire de tout, mais pas avec Nimporteki. Problème : Nimporteki a fait des petits et l’humour fait du rase-mottes quand ils sont dans les parages.

 

 Ce très beau film « La vie est belle » : on peut y rire et y pleurer. Du grand art. Je fus étonné cependant par les réactions de personnes de mon entourage choquées d’avoir entendu rire des spectateurs. Le sujet étant tragique, il faudrait rester imperturbable, et pleurer ? Ces gens-là sont des petites natures. Voyons, quand les brutes en chemise brune sont ridiculisées, il y a bien de quoi rire, non ? Souvenez-vous seulement de la scène du baraquement quand le père du petit garçon se propose de traduire les aboiements du nazi de service…Allez, décrispez-vous !

 

 Le point commun entre Desproges et Benigni, c’est l’intelligence. L’humour va de pair avec la lumière, les Lumières. Voltaire en avait, Montesquieu aussi quand il imaginait des lettres envoyées au roi de Perse en feignant de trouver étranges les mœurs de l’Occident. On dit des gens éclairés qu’ils ont de l’esprit. Ces gens-là n’existeraient pas, la vie serait bien triste, peut-être même serions-nous encore les sujets d’un monarque absolu, ou parqués dans des camps, ou morts au champ d’horreur.

 Mais n’est pas humoriste qui veut. L’esprit n’a rien à voir avec la volonté. Encore moins avec la volonté de nuire. C’est malheureusement le cas de cet homme qui, sur scène et devant cinq mille spectateurs, a décerné un « prix de l’infréquentabilité et de l’insolence » à une personne plusieurs fois condamnée pour ses thèses niant la Shoah, le trophée étant remis par un individu déguisé en déporté. Ovation dans la salle où figuraient un dirigeant d’extrême droite et sa famille, une militante pro-palestinienne et un leader radical noir d’un mouvement dissous en 2006 par le ministère de l'Intérieur. Voilà, c’est tout, c’était en France en décembre. Triste.

 Heureusement, il y a dans ce pays des gens qui ont encore en mémoire les douleurs causées par la bête immonde. La ministre de la Culture et de la Communication, a fait part dimanche de sa «consternation», ajoutant «Cette provocation heurte et blesse à nouveau les mémoires».

 L'Union des étudiants juifs de France a également réagi en qualifiant « l'humoriste » de «nouveau leader de l'extrême droite»

 

 Le Crif s'est également élevé contre une « mascarade odieuse» qui «fait honte à notre pays».

 

 SOS Racisme juge qu’au-delà de la provocation,  cet acte est «l'affirmation d'une ligne politique - fût-elle brouillonne - d'extrême droite».

 Exprimant « son dégoût et son mépris » la ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a demandé lundi au parquet de Paris de poursuivre « l'humoriste ».

 

 Le Parti socialiste appelle une réaction ferme des pouvoirs publics et à une vigilance collective accrue contre la propagation du racisme et de l'antisémitisme

 

 Le maire de Paris déplore un acte « révoltant et abject».

 

 Le président du groupe communiste au conseil de Paris, déclare : «On ne veut plus revoir cela à Paris ».

 

 Le MRAP exprime sa consternation et sa colère.

 

 On apprend également dans ce communiqué qu’ « après avoir déclaré qu’il se sentait Palestinien, F…  a reçu une ovation de la part des spectateurs ». Et le MRAP ajoute :

« Notre  condamnation de cette mascarade raciste est d’autant plus intransigeante que la solidarité sans faille du MRAP avec le peuple palestinien bombardé aujourd’hui à Gaza ne s’est jamais démentie. »

 

 Là je suis un peu perdu. Qu’un négationniste soit conduit par antisémitisme à condamner Israël, rien d’étonnant.

 

 Mais que vient faire cette remarque du MRAP affirmant sa solidarité avec le peuple palestinien ? Quel rapport ? Parler de bombardement du peuple palestinien est déjà en soi l’expression d’une opinion. Le respect et l’attachement qu’on peut éprouver pour le peuple palestinien ne nous autorisent pas à le confondre avec une organisation terroriste. Confusion que ne semble pas faire l’armée israélienne qui vise les installations militaires du Hamas.

 

Mais revenons à notre sujet : quel rapport entre le conflit israélo-palestinien et la Shoah?

 

 «… solidarité sans faille du MRAP avec le peuple palestinien » : est-ce à dire que le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples réserverait sa solidarité exclusivement à l’une des deux parties engagées dans le conflit ? Attitude d’autant troublante que, tant du côté palestinien que du côté israélien tentent d’agir des femmes et des hommes de paix, des associations, des artistes, des musiciens, des cinéastes… Difficile de croire que la voix de la raison se fait entendre d’un seul côté, idée simple qui évite de se torturer les méninges et rappelle ces vieilles histoires d’axe du bien et d’axe du mal. Le mal étant du côté israélien bien sûr.

 

 Ici, on peut deviner quel est ce fameux rapport entre le conflit israélo-palestinien et la Shoah. Un rapport véhiculé fréquemment sur Internet, dans les rangs des partis et associations de l’extrême (gauche ou droite), dans les milieux intégristes, en Europe et au Moyen-Orient : Israël, aidé par un prétendu puissant lobby juif international, par l’Amérique et le capitalisme international (j’oublie quelque chose ?) justifierait l’occupation des territoires et sa politique impérialiste en maintenant vivant le souvenir de la Shoah. Ils disent qu’ils ont souffert, afin de justifier les souffrances qu’ils infligent aux autres . D’ailleurs « l’humoriste » évoqué plus haut avait, il y a quelques années –je crois à l’occasion du soixantième anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz- critiqué ces commémorations répétées d’événements passés qui –si l’on en croit certains historiens infréquentables et insolents- n’auraient pas existé ou si peu.

 

 J’espère que le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples ne tombe pas dans ce piège tendu par les nostalgiques de solutions finales et autres saints guerriers.

 

 S’il n’y avait qu’Israël et ses alliés pour maintenir vivant le souvenir de la Shoah… heureusement il y a les enfants, petits enfants des survivants, les livres, les films, les lieux de mémoire, la déclaration des droits de 1948, les associations anti-racistes dont le MRAP fait partie. Mais surtout il y a la conscience universelle, et contre celle-ci ni l’humour déplacé ni les falsificateurs du passé ne pourront rien.

 

 

§

 

 



02/01/2009
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres