Des centaines de morts au Nigéria, mais CHUT !

AFP - 08/03/2010 à 10h41, du Nigéria :

 

 « Les victimes, parmi lesquelles de nombreuses femmes et enfants, ont été tuées à la machette, ont raconté des habitants. De nombreuses maisons ont été incendiées. »

 

« Selon plusieurs sources locales, les attaques ont été conduites de manière coordonnée … »

 

« D'après une source officielle, de récents rapports de sécurité laissent penser que "des intégristes islamistes" dans la région ont encouragé l'attaque contre les Berom. »

 

On parle de 100, 250 ou 500 morts.

« Le niveau de destruction est énorme, a raconté dimanche Shamadi Gad Peter, à la tête d'une ONG de défense des droits de l'Homme à Jos, qui s'est rendu dans les trois villages concernés. »

 J’ai entendu peu de commentaires dans les radios. Sur Europe 1, un journaliste rapporte honnêtement les chiffres et fait état du massacre, mais il s’attarde sur l’aspect « conflit ethnique », et termine sa chronique en évoquant la richesse du Nigéria, le pétrole et la présence conjointe des USA et de la Chine. Cherchez le coupable !

 

 Quant à invoquer un conflit ethnique, possible. Mais ce 8 mars, si je relis les dépêches, je n’y vois aucun conflit, seulement un massacre.

 

 Nos angelots d’extrême gauche n’ont pas eu connaissance de l’événement. Heureusement, car s’ils en avaient eu connaissance, ç’aurait été pour accuser le grand Satan impérialiste, et pour disculper les pauvres islamistes qui, misère, famine et désespoir aidant, assassinent des femmes et des enfants à la machette.

 

 De ce que j’écrivais il y a un an, je ne retire rien. 

 

 Quand le terroriste dépose une bombe, on me dit que c’est parce qu’il est dans la misère. Sous-entendu : là encore, l’Occident est fautif. Le terrorisme serait la réponse politique désespérée du Tiers-monde à l’égoïsme et à l’arrogance de l’impérialisme occidental.

 

 Voyons, camarades révolutionnaires ! Quand notre terroriste accroche une bombe à sa ceinture, qu’il pilote lui-même le camion piégé ou l’avion gros porteur, quand de façon coordonnée, préméditée, organisée, des bandes fanatisées incendient des villages et tuent à la machette des femmes et des enfants, nous franchissons un cap que des mœurs barbares seules peuvent expliquer, alimentées par des croyances, espérance en l’au-delà, séjour au Walhalla ou dans les Jardins du délice. Misère, oui, pour des millions d’êtres humains. Mais pour le meurtre : religions, racisme, ignorance, bêtise.

 

 Le 7 mars au Nigéria, ce sont des africains qui sont les victimes. Quand des gens du tiers-monde, d’Afrique ou du Proche-Orient  sont sous les bombes des avions américains, les rues de Paris résonnent de slogans anti-impérialistes… pour les centaines de paysans Berom morts sous les coups de machette de nomades fanatisés par des islamistes, rien, pas un mot, pas un cri. Paris sommeille. Nos révolutionnaires font un gros dodo. Le MRAP et la Ligue des droits de l’homme font même de beaux rêves.

 



12/03/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres