Cinq mille ans et des poussières

 

  Très-Haut était vachement fort. Pour tout dire, avant de voir le jour Il était déjà né !

 

 Quand ça ne marchait pas comme Il voulait, Il piquait de ces colères, que même les mecs qu'existaient pas encore avaient le trouillomètre à zéro. Dans les tout premiers jours, Il avait réussi à pondre quelque chose qu'avait forme humaine, Il avait pas lésiné le Vieux, pas un australopithèque, pas un homme erectus, pas un né en Dertal, pas même un nourrisson, non, un adulte de type caucasien dans la force de l'âge, blond aux yeux bleus et beau comme un camion (tout à fait plausible, des ossements d'origine humaine sapiens sapiens ont été trouvés, dont certains ont effectivement cinq mille ans, même quelquefois plus) . Le Boss râlait contre lui-même :

 

-         Il va s'emmerder ce mec-là, tout seul. Y faut lui faire une pote.

 

 Deux doigts dans la bouche, Il siffla un grand coup. Oh ! l'affluence, les piafs, les canassons, les tigres aux dents de sabre, les escargots, Ornithorynques et baleines, même les castors du Canada, licornes, centaures et, faisant trembler le sol sous leurs pas gigantesques, les terribles brontosaures, toutes les bestioles qui se ramenaient ! Très-Haut dit à « Homme » :

 

-         File-leur un blase à chacun, et trouve-toi une moitié.

 

 Y cherchait le mec, y cherchait ! Y'en avait pourtant des mammifères…mais pas une gonzesse !

 

 Alors le Boss lui fila une tarte. « Allez, au plume ! » Il lui plongea Sa grosse pogne dans le coffre, et lui chopa une côte. Aussitôt, les mâtins qu'étaient encore dans le coin s'approchèrent pour boulotter le nonosse.

 

-         Ca, c'est pas pour vous, bande d'enragés !

 

 Et le Vieux leur fila des coups de grolle dans les reins. Et l'autre qui ronflait toujours, parterre !

 

-         Eh ! Oh ! V'là ta première nénette, ça te fait plaisir ?

 

 Homme parlait déjà (tout à fait plausible, il y a cinq mille ans les langues existaient, on a même retrouvé des tablettes d'argile avec des traces d'écriture). Homme dit :

 

-         Non mais c'est pas vrai, je rêve ! L'os de mes os, la chair de ma chair, là, devant moi ! Tiens ma cocotte, j'ai une surprise pour toi : on n'a pas de fringues, t'auras pas de lessive à faire. Et pour grignoter, y'a qu'à allonger le bras…

 

 

§

 

 

 



13/07/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres