Aux femmes de France et d'Amérique !

 Où sont donc passées les associations anti-racistes ? Depuis huit jours on ne les entend pas. Et comme ce n’est pas dans leurs habitudes, l’inquiétude me gagne. J’ai tout essayé : Internet, radios, télés. J’ai lu la presse. Rien. Rien de rien. Pas trace du MRAP, de SOS-racisme, de la LICRA. J’écoute les commentaires des hommes politiques (il y a encore très peu de femmes dans ce milieu), ils sont absorbés dans leurs querelles de chapelle, qui votera pour qui, qui ira jusqu’au bout, qui parlera le premier, qui attend son heure…

 

 Allo, le MRAP, allo allo !

 Allo, SOS-racisme, allo allo !

 Allo, la LICRA, allo allo !

 

 Mais où sont-ils donc passés ? Moi, j’ai ma petite idée. Ils ont pris la poudre d’escampette. Fuyant le régime totalitaire qui se met en place jour après jour dans notre pays (voir la suppression des panneaux annonçant la présence de radars sur les routes) ils ont gagné des cieux plus conformes à leur idéal, où les véhicules jouissent de la libre circulation.  

 Pour les droits de l’homme (les femmes sont encore peu nombreuses dans notre pays) c’est un grand malheur. Car pas loin d’ici à quelques heures d’avion, une personne de couleur a été violemment agressée. C’est une jeune femme, employée de maison, mère de famille. C’est tout ce que l’on sait. Car pour le reste, radios télés et journaux n’ont de mots que pour son agresseur, son tourment, son calvaire. 

…alors ils le saisirent et l’emmenèrent. Ils le conduisirent chez le procureur. Au milieu de la cour, ils allumèrent un feu, et s’assirent. Une servante l’aperçut, le dévisagea et dit : « C’est lui ! » Les hommes qui le gardaient se moquaient de lui et le frappaient. Ils lui avaient couvert le visage et lui disaient : « Devine qui t’a frappé ! » Et ils l’accablaient d’autres injures encore. Quand il fit jour, les anciens du peuple, juge, procureur et greffiers se réunirent et le firent comparaître devant leur assemblée. Ils lui dirent : « Si tu es le directeur du FMI, dis-le nous ! » Il répondit : « Si je vous le dis, vous ne me croirez pas. » Ils lui dirent tous : « Tu es donc le directeur du FMI ? » Il répondit : « Oui, je le suis. ».

 Le procureur avec sa garde le traita avec mépris et, pour se gausser de lui, lui fit revêtir l’habit des détenus, et entraver les mains. Lui, se tournant vers la bande : « C’est avec des épées et des bâtons que vous êtes venus m’arrêter, comme s’il s’agissait d’un brigand. Pourtant, tous les jours j’étais assis dans le temple, parmi vous à lutiner, et vous ne m’avez pas arrêté. »

 C’est alors qu’on l’emmena. Il était suivi d’une grande foule de journalistes et de notables du parti socialiste qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Des méchants l’injuriaient et s’écriaient : « Qu’il se sauve lui-même s’il est le directeur du FMI ! »

 Arrivés au pied du Calvaire, on l’y crucifia, ainsi que les malfaiteurs, l’un à droite, l’autre aussi. Car Lui était de gauche. La foule se tenait là et regardait. On fit des lots de ses biens : placements boursiers, salaires, appartements et villas, on les tira au sort. Laissant Anne effondrée au pied de la croix, tous s’en retournèrent en se frappant la poitrine. Quand aux femmes de France et d’Amérique qui avaient subi les assauts de l’Homme, elles se tenaient à l’écart, réduites au silence.

 

§



25/05/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres