Après la mort de quatre de nos compatriotes...

 

 

…soldats de l’armée française en Afghanistan, partis et personnalités politiques s’accordent pour faire part de leur émotion, certains adressent leurs condoléances aux familles des victimes.

 

 Mais quoi faire maintenant ? J’ai relevé les réactions de ceux qui tiennent le haut du pavé dans les médias, à l’exception de celles des porte-parole du gouvernement qui sont répétées dans tous les journaux : possible retrait anticipé, suspension des activités de formation de l’armée afghane, exigences formulées auprès des autorités pour assurer la sécurité des soldats engagés dans cette mission. Le point de vue officiel du pouvoir est pour le reste assez proche du commentaire du Figaro que je cite.

 

 

§

 

 

Parti communiste français, Paris le 20 janvier 2012 :

« Il aura donc fallu 82 morts dans cette guerre sans issue, ce fiasco militaire et politique pour que les autorités françaises posent la question d’un retour anticipé des troupes françaises. Le parti communiste exige que la France retire immédiatement et de façon accélérée ses propres troupes et agisse pour le retrait de l’ensemble des forces de l’OTAN. »

 

Communiqué de Jean-Luc Mélenchon :

« Ce drame souligne plus que jamais l’absurdité de la situation. La France n’a rien à faire dans cette guerre américaine. Nos soldats doivent quitter immédiatement l’Afghanistan. Les gesticulations de Nicolas Sarkozy… »

 

Marine Le Pen :

« Nous avons toujours été contre cette guerre en Afghanistan et nous avons à chaque fois déploré que des vies soient perdues dans la défense d’intérêts qui n’étaient pas les nôtres (…). La classe politique tout entière a voté pour l’envoi et le maintien des troupes… »

Marine Le Pen  estime « qu’il faut partir le plus rapidement possible. »

 

Communiqué du NPA :

« Cette guerre a fait des milliers de morts parmi les civils afghans soit à l’occasion d’opérations militaires ou des bombardements des armées de l’OTAN. Les estimations du nombre de civils tués depuis dix ans varient entre 8000 et 17000. L’armée française a, en tout cas, participé à de nombreux massacres. Le NPA, qui était opposé à cette intervention militaire, exige le retrait immédiat des troupes françaises. »

 

Lutte ouvrière, 20 janvier :

« Quel cynisme ! L’armée française, au côté de l’armée américaine, participe depuis onze ans à une sale guerre dont le seul objectif est la défense des intérêts de l’impérialisme. Ces grandes puissances s’apprêtent aujourd’hui à quitter ce pays –le départ des soldats français est d’ores et déjà programmé pour 2014 –après l’avoir dévasté en déversant leurs bombes et avoir causé la mort de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants.

 Alors les soldats français doivent quitter l’Afghanistan tout de suite ! Et cela n’effacera pas –hélas !- tous les crimes commis là-bas par l’impérialisme français. »

 

 Uniformité des réactions chez les extrêmes : sale guerre, sans issue, absurde, intérêts qui ne sont pas les nôtres, dévastation sous les bombes, OTAN et armée française coupables de massacres, milliers de morts, crimes de l’impérialisme. D’une seule voix, de Marine Le Pen à Lutte ouvrière, on réclame, on exige : le retrait immédiat des troupes. Point commun entre ces cinq commentaires : le terrorisme et les talibans ne sont pas évoqués.

 

 Dans certains des commentaires suivants non plus, mais…

 

…François Hollande :

« Je salue l’engagement et le dévouement, parfois poussés jusqu’au sacrifice ultime, de nos forces armées qui doivent être assurées de notre soutien.

 Je renouvelle ma volonté de retirer nos forces d’Afghanistan, le plus rapidement possible, au plus tard à la fin de l’année 2012, en concertation avec nos alliés. »

Le 22 janvier, François Hollande déclare que « il est temps de se désengager. »

 

Eva Joly :

 « Je souhaite que l’ensemble de notre contingent militaire regagne la France le plus rapidement possible. Mais ce retrait ne doit pas se faire dans n’importe quelles conditions, et pour tenter de restaurer la stabilité dans l’ensemble de la région, je propose que la France, dès 2012, organise, avec ses partenaires européens, dans le cadre des Nations Unies, une grande conférence internationale sur l’avenir de l’Afghanistan, avec l’ensemble des pays voisins et partenaires. »

 

Le Figaro :

« …l’armée et la police afghanes seront-elles capables de combattre l’insurrection après le départ des forces de l’OTAN ? (…) l’annonce d’un possible départ précipité des forces françaises pourrait accélérer les attaques des talibans, qui attendent que le sol afghan soit « libéré » des forces étrangères pour reprendre le pouvoir, au lieu de les freiner. »

 

 Les points de vue sont plus réfléchis. Ce sont des explications. Il n’est plus question de crimes ni d’impérialisme. Hollande parle même de dévouement, de sacrifice. On soutient les forces armées. Pour le retrait, on a le souci de s’accorder avec l’ensemble des alliés engagés. On est, avec Eva Joly sur le registre du souhait, retrait souhaité, dans le respect des partenariats, au niveau mondial. Le Figaro s’interroge même sur les conséquences dangereuses d’un retrait précipité. On notera que ce dernier commentaire est le seul à évoquer les attaques des talibans.

 

Marielle de Sarnez, invitée d’Itélé :

« Il y a dix ans, la France est allée s’engager en Afghanistan. Je pense que nous avons eu raison d’y aller. Il s’agit d’un des sujets les plus lourds de la sécurité dans le monde. Il y a un désengagement d’ores et déjà programmé (…) Lier un retrait anticipé à la survenue de quelque chose d’abominable est une interrogation. Je ne veux pas donner raison à ceux qui tuent. »

« Ce ne sont pas des décisions faciles à prendre. »

« La seule question que l’on doit se poser sur le fond est : « est-ce que notre présence là-bas est utile ? » Ce qu’a fixé Barak Obama comme cap de désengagement est une bonne chose. Il faut suivre un calendrier stratégique. »

 

 On rappelle ici les origines de la guerre : la sécurité dans le monde, sous-entendu, l’Afghanistan, foyer du terrorisme islamiste. Les mots sont pesés, on croirait entendre la représentante d’un pouvoir en place. On s’interroge après ce nouveau drame, mais avec le souci, face à ceux qui tuent, de ne pas baisser la garde. C’est dit. Clairement. On reste donc dans le cadre de ce qui était convenu avec les alliés. On est loin, très loin des termes xénophobes de lutte ouvrière et Mélenchon (guerre américaine).

 

 Et puisque personne n’évoque la vie en Afghanistan, les changements dans la société…

 

 

…cet interview de Shukria Barakzaï, députée afghane et ancienne journaliste (La Croix le 13 janvier 2012) :

 

« Nous avons été laissées de côté pendant deux décennies (…) Nous étions même punies officiellement, publiquement, socialement, du simple fait d’être des femmes. La violence contre le genre féminin faisait partie de notre culture politique (…)

 La fin du régime taliban a donné aux femmes l’opportunité de montrer de quoi elles sont capables. Elles ont réintégré la vie sociale. Elles vont à l’école, siègent dans les ministères, à l’Assemblée (…)

 C’est vrai que beaucoup d’hommes politiques nous considèrent comme des pots de fleurs au milieu du décor. Il y a d’ailleurs toujours une femme au premier rang quand le président fait un discours public. Pourtant la réalité est bien différente : la population a une autre perception de ses élues.

 Il existe par exemple des districts qui sont seulement représentés par des femmes. Des gens votent pour elles, ce qui est un changement considérable. Le mouvement féministe progresse dans les consciences. La notion d’égalité gagne du terrain.(…) »

 

 

§

 

 

 Que les proches des victimes de ce crime sachent : ayant des enfants de cet âge, depuis ce jour je n’ai de cesse de penser à eux, je comprends leur douleur.

 

 

 

 §



26/01/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres