Appliquer la loi !

 

 Ah ça, pour débattre, on est les plus forts ! Identité nationale, euthanasie, éducation, laïcité, islam… on est les plus forts. Et chaque fois, après avoir quelque peu distrait le peuple qui en a bien besoin le pauvre, le débat se tarit en eau de boudin.

 

 Que n’a-t-on pas disserté sur la nécessité de mettre un terme aux souffrances de personnes condamnées par une maladie incurable, que n’a-t-on pas dit ! Il suffit que quelques politiciens zélés se constituent porte-parole de la lumière divine pour qu’une loi soit votée qui enterre la question avec la bénédiction des grenouilles. De bénitier elles vinrent alors, nous dire tout le bien qu’il faut penser des soins palliatifs protecteurs de la Vie qui nous est donnée par le Très-Haut, en d’autres termes qu’il faut souffrir pour être mort.

 

 Pour l’éducation, le débat s’est engagé dès le départ sur une voie de garage : par l’annonce de massives suppressions de postes. Avec trente élèves par classe, les enseignants n’auront pas le loisir de participer aux discussions. Mais ce n’est pas grave. Les personnes les plus concernées seront : les inspecteurs, les ministres, les chercheurs du CNRS, les auteurs des manuels scolaires, les journalistes, les associations loi de 1901, les partis politiques, les syndicats, le MRAP, éventuellement un évêque et un imam, aujourd’hui la porte est ouverte à tous les vents. Peut-être nous faudra-t-il un jour inviter un marabout, pour éviter d’être accusé de racisme. Aucune de ces personnes n’a encore été poignardée par un élève en mal d’être, la distance qui sépare ces notables de la vie réelle est garante de leur objectivité dans ce débat crucial pour l’avenir de la république.

 

 La laïcité gêne tout le monde. C’est vieux, c’est moche, il faut lessiver tout ça. Il y en a que ça arrange et non des moindres, surtout dans les quartiers politico-religieux des favorisés. L’islam glisse son ticket, la calotte de souche française profite du portillon ouvert. Introduction des religions à l’école… Mais non, seulement de l’Histoire des Religions ! Ah ? On n’apprenait pas l’histoire auparavant ? Certes oui, mais sans insister suffisamment sur son aspect saint : la lutte contre les suppôts de Satan, la belle aventure des Croisades, la conquête humanitaire des Amériques et cette touchante complicité entre sauvages et chrétiens, l’amitié séculaire indéfectible entre les religieux du Livre. Trop souvent nos professeurs négligent de mettre en lumière les découvertes scientifiques fondamentales qui ont fait de nous ce que nous sommes, et qui n’auraient pu être accomplies sans l’apport fondamental de la Sainte Eglise apostolique et romaine, sous l’étendard papal. Dans un esprit ouvert autant qu’œcuménique, il n’est pas interdit de penser que bientôt nos chers enfants apprendront à lire ces pages magnifiques des Saintes Ecritures, dans leurs versions chrétienne et coranique.

 

 Quand à l’islam, en France il n’existe pas. Ou si peu. D’ailleurs, tout le monde est très gentil. Il n’y a donc pas lieu d’un débat.

 

 Celui sur l'identité nationale conformément à son titre a été centré dès le départ sur l'idée d'appartenance à la nation. En conséquence, la parole fut donnée sans limites aux franchouillards de tous horizons, gens du terroir et gens du cru si bien chantés par le poète dans sa ballade des gens qui sont nés quelque part. Porte ouverte à tous les populismes de droite et de gauche réunis, qui considèrent la France comme le plus beau pays du monde, qui sa gastronomie, qui ses grands crus, qui ses grandes écoles, qui ses services publics, qui sa sécurité sociale, qui ses droits de l’homme, qui ses centrales nucléaires sécurisées, qui son air pur, bref, un jardin des Délices qui doit rester bien à l'abri entre ses frontières hexagonales.

 

 Pour moi, aujourd'hui, ce qui est en cause, ce n'est ni la France ni la couleur de la peau des gens, c'est la démocratie et la république, les droits des femmes et l’avenir des filles, les libertés, toutes les libertés, de croire et de ne pas croire, droit de mourir dans la dignité, droit de choisir librement son partenaire sexuel, droit de caricature et de blasphème.

 

 Et si l’on veut réellement sauvegarder la démocratie et la république, y a-t-il lieu d’un débat ? Commençons par appliquer la loi de séparation du religieux et de l'état. Mais pour cela, il faudrait que nos hommes politiques aient le courage de défendre ce que nos parents et grands parents ont conquis au prix de mille sacrifices. J'y crois encore.

 

 



23/04/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres