"antisémitisme" un mot toujours difficile à prononcer

 

 

Lyon : trois jeunes juifs portant kippa agressés… 

 

« portant kippa ». Tous les journaux, les radios répètent les mêmes mots : portant kippa. Pourquoi cette insistance ? Je n’ose pas croire qu’il y a ici une forme de reproche –bienveillant, gauche oblige- allons voyons, un effort, ne vous faîtes pas remarquer, soyez discret quand vous sortez dans la rue. Chose qu’on ne dit pas aux musulmans barbus en djellaba ni aux femmes de plus en plus nombreuses qui portent le foulard. Non, je n’ose pas y croire, puisqu’on nous répète qu’il faut respecter la diversité culturelle. Oui mais quand même, la kippa… Et puis tout le monde sait que la France est menacée par la judaïsation galopante. Pour en finir avec les prières dans les rues on construit partout des synagogues à tour de bras, avec l’argent public.

 

 

 

Pour revenir à l’agression antisémite, une bande de dix individus frappant à coups de barre de fer et de marteau trois jeunes français de confession juive, les réactions des autorités n’ont pas saturé les ondes. Quand le ministre de l’intérieur s’exprime, c’est pour insister sur le caractère religieux de l’agression : 

 

 "Ces actes d'une extrême gravité sont une attaque délibérée contre notre modèle républicain qui doit permettre à tous, sans distinction, de vivre librement et en toute sécurité son appartenance religieuse" 

 

 Monsieur le ministre, pensez aussi à ceux qui n’ont pas d’appartenance religieuse. Bon, revenons à notre propos. Agression « antisémite » ou agression de type « guerre de religions » ? 

 

Le président de la LICRA penche lui aussi pour la deuxième option : 

 

"On est au XXIème siècle et on a des jeunes qui sont agressés à coups de barre de fer et de marteau parce qu'ils portent une kippa" 

 

 Il évoque aussi le conflit israélo-palestinien, « avec identification du juif au sioniste ». Que proposez-vous alors, des cours d’éducation politique dans les cités pour expliquer que tous les juifs ne sont pas israéliens, que tous les israéliens ne sont pas juifs, en prenant des exemples basiques du genre : on peut être arabe sans être musulman, et musulman sans être arabe ? Monsieur Jakubowicz, vous savez bien qu’aujourd’hui, il n’y a plus d’antisémites, il nous reste quelques antisionistes, tout au plus. Dieudonné et Le Pen par exemple ne sont pas racistes, ils sont antisionistes (voir « L’éléphant et le moustique »). L’antisionisme ? Une nouvelle forme d’humanisme… 

 

 Bref, toutes ces explications sont confuses. Si on écoute les bonnes âmes, les agressions cesseront quand les juifs sortiront sans kippa sur la tête, et que l’état d’Israël ne sera plus qu’un triste souvenir. 

 

Si le gouvernement israélien était l’auteur de crimes de guerre, s’il occupait des territoires qui ne lui appartiennent pas, s’il emprisonnait des personnes qui n’ont commis aucun crime, cela justifierait-il qu’une bande de nervis insulte et agresse à coups de barres de fer trois jeunes à Villeurbanne ? 

 

 

§

 



31/10/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres