Anarchistes? Non. Terroristes.

  

 Des groupes anarchistes envoient des colis piégés aux ambassades et aux dirigeants occidentaux. Apparemment les méthodes terroristes sont restées ce qu’elles étaient au début du siècle dernier quand ils déposaient des bombes au passage de l’Empereur de toutes les Russies. Mais justement, c’était le Tzar, Nicolas II, dernier représentant en Europe d’un régime absolutiste.

 

 La tradition anarchiste n’est pas réductible au terrorisme, les anarchistes n’ont pas toujours été des poseurs de bombes. Bien au contraire, ils furent victimes de la violence policière ou militaire de régimes totalitaires. Nombreux et très actifs avant et pendant la révolution russe, ils n’ont pas survécu à l’instauration du communisme. Ils partagèrent le sort des socialistes et autres démocrates, ceux qui ne s’exilèrent furent liquidés. Les anarchistes espagnols furent les plus valeureux combattants du fascisme franquiste. La mort fut pour nombre d’entre eux le prix du courage, et ceux qui survécurent connurent en France les camps de transit, puis en Autriche, Mauthausen (1). Je pense à toi, Pedro.

 

 En Russie, fantassins dans l’armée de Makhno (2) ou insurgés de Cronstadt, en Espagne membres des brigades internationales et fondateurs de collectivités paysannes, lâchement persécutés ou éliminés par les « tchékistes » (3), les anarchistes ne cachaient pas leur visage, et ne postaient pas de colis piégés. Ils combattaient ouvertement les dictatures dans l’espoir de donner le jour à une société plus juste, plus libre, plus égalitaire.

 

 Les individus cagoulés qui en Grèce ou ailleurs s’en prennent aux ambassades et aux représentants des états occidentaux ne sont pas des anarchistes. Ils ont avec les islamistes un ennemi commun : la démocratie. Ces gens-là au pouvoir seraient les pires despotes. Ils ont oublié la maxime des pères fondateurs, ou peut-être ne la connaissent-ils pas : ni dieu ni maître. D’ailleurs, aucun colis piégé n’a été adressé au régime théocratique iranien où les ayatollahs sèment la  terreur et menacent de faire exécuter Sakineh.

 

                                                                       §

 

 

(1) Village d’Autriche, sur le Danube, près de Linz. Les nazis y installèrent de 1938 à 1945 un camp de concentration où périrent près de 120000 personnes. © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2001

(2) Nestor Makhno : anarchiste ukrainien qui organisa militairement les paysans contre les armées blanches, avant d’être contraint à l’exil par le pouvoir bolchevik triomphant.

(3) « En Catalogne, l’élimination des trotskistes et des anarcho-syndicalistes a commencé ; elle sera menée à terme avec la même énergie qu’elle l’a été en URSS. » (Pravda du 16 décembre 1936, cité par Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme, crimes, terreur, répression, Robert Laffont, p.478)

 

 

 



09/11/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres