A Cuba, on emprisonne et on tue

 

 

Ce qui est effrayant dans cette histoire

N’est pas que j’aie voulu

Jadis donner ma vie

Mais bien qu’aujourd’hui

Ils veuillent me l’ôter.

 

 

 

Sous le titre « Socialisme réel » ces lignes ont été écrites par Raul Rivero poète et journaliste. En 1995 il avait fondé l’agence Cuba Press qui ne comptait dans ses rangs que des professionnels qui exerçaient leur métier en dehors du contrôle de l’état. En 1997 il reçut le Prix international de Reporters sans Frontières pour son combat en faveur de la liberté de la presse. Il est l’auteur de nombreuses œuvres poétiques.

 

 Aujourd’hui, il est en prison. Il a été jugé le 04 avril 2009 avec son ami Ricardo Gonzalez Alfonso. Ce dernier, accusé d’être un « agent à la solde des Etats-Unis » fête cette année son 60° anniversaire en captivité. D’après RSF, vingt cinq journalistes sont actuellement détenus à Cuba. Dix neuf d’entre eux ont été arrêtés lors du « Printemps noir » (1) et condamnés à des peines allant de 14 à 27 ans de prison.

 

 Il y a quelques jours, le prisonnier politique Orlando Zapata, plombier-maçon, noir de peau, âgé de 42 ans, est mort. D’après le Nuevo Herald,  cet opposant à la dictature était « condamné au total, à 36 années de prison pour désordre public, il avait refusé de s’alimenter le 3 décembre dernier pour protester contre ses conditions de détention ». D’après sa mère, il ne restait plus sur son cadavre « que la peau sur les os ». « C’est un assassinat prémédité –dit-elle- , le pouvoir voulait en finir avec lui. »

 

 

 

Puisqu’on nous dit qu’il est impossible qu’un état socialiste prive de leur liberté des citoyens innocents,

 

Puisqu’on nous dit que les dissidents ne sont pas des citoyens comme les autres, qu’ils sont des agents l’ennemi impérialiste,

 

Puisqu’en Occident, les agences nous invitent encore et toujours à découvrir leurs formules de voyage vers La Havane destination de rêve, (2)

 

Puisqu’en Occident, les responsables politiques ont l’ouïe défaillante et n’entendent pas les mots, les cris des personnes emprisonnées,

 

Puisque enfin les appels, les déclarations, les communiqués ne suffisent pas,

 

il nous reste les mots du poète :

 

 

 

« Un spécialiste des interstices est venu

un critique littéraire ayant provisoirement grade de caporal

qui a ausculté de la pointe de son pistolet

le dos des livres de poésie.

 

Huit policiers

dans la maison

avec un mandat de perquisition

une opération propre

une victoire complète

de l’avant-garde du prolétariat

qui a confisqué ma machine à écrire Consul

cent quarante-deux pages blanches

et un tas de paperasses tristes et personnelles

qui était ce que j’avais de plus périssable

cet été. »

 

 

§

 

 

Ces quelques vers ainsi que ceux reproduits en haut de page ont pour auteur Raul Rivero aujourd’hui emprisonné, et sont extraits de l’anthologie des poètes censurés à Cuba sous le titre :

 

Anthologie de la poésie cubaine censurée,

 

proposée par Zoé Valdés, éditée par Gallimard avec la collaboration de Reporters sans frontières et de la FNAC en 2002.

 

 

 

(1) à ne pas confondre avec le Printemps de Prague !

(2) cela peut rappeler quelques souvenirs aux plus âgés d’entre nous, quand des intellectuels français dans les années quarante et cinquante revenaient enchantés de leurs voyages en URSS et dans les démocraties populaires



06/03/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres